Clôture des Assemblées annuelles du Groupe de la BAD

17/05/2007
Share |

Un important repère de la coopération Afrique-Asie

Shanghai, Chine, le 17 mai 2007 – Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a clôturé ses assemblées annuelles jeudi 17 mai, à Shanghai, après une étude exhaustive des activités et l’adoption du rapport annuel des trois guichets du Groupe de la Banque ainsi que des états financiers pour la période fiscale se terminant le 31 décembre 2006.

La 42e assemblée annuelle du conseil des gouverneurs de la Banque africaine de développement (BAD) et la 33e assemblée annuelle du conseil des gouverneurs du Fonds africain de développement (FAD), décrites par le président Donald Kaberuka comme les meilleures jamais organisées par l’institution, ont également approuvé la sélection du cabinet KPM (France) en tant qu’auditeur externe de la Banque et du Fonds pour l’année fiscale 2007 à 2011 en remplacement de Deloitte & Touche chargés de l’audit du Groupe de la Bad au cours des dix dernières années.

Les gouverneurs (ministres des finances, de l’économie, de la planification et, dans certain cas, gouverneurs de banque centrale) qui représentent les 77 pays actionnaires de l’institution multilatérale financière, ont également élu 14 administrateurs (sur 18) pour remplacer ceux ayant terminé leur mandat.

Les assises ont par ailleurs approuvé le rapport du comité consultatif des gouverneurs (CCG) prolongeant temporairement la relocalisation des opérations du Groupe de la Bad à Tunis pour une période de douze mois effective dès le 3 juin 2007. Elles ont également été l’occasion de réaffirmer que « le siège de la Banque doit demeurer à Abidjan, Côte d’Ivoire ». Les gouverneurs ont déclaré qu’ils avaient bien pris note des progrès du processus de paix en Côte d’Ivoire tout en demandant au CCG d’organiser une réunion en avril 2008 afin de les éclairer sur la situation. L’institution disposera toutefois d’une période de douze mois pour son retour en Côte d’Ivoire une fois la décision finale prise.

S’exprimant au cours d’une conférence de presse, le président Kaberuka a salué « le succès extraordinaire » de ces assemblées annuelles, fruit d’une « efficacité hors du commun » démontrée par les hôtes chinois. Il a souligné que ces deuxièmes assemblées annuelles du Groupe de la Bad à être organisées hors du continent africain, constituent un signal fort de la coopération grandissante avec la Chine et l’Asie parmi d’autres partenaires.

Le Premier Ministre chinois, Wen Jiabao, avait présidé mercredi la cérémonie d’ouverture en présence de trois chefs d’Etat africains – Pedro Pires (Cap-Vert), Marc Ravalomanana (Madagascar) et Paul Kagame (Rwanda).

Plus de 2 000 participants (représentants de gouvernement, dirigeants d’entreprise, représentants d’ONG, acteurs de la société civile, membres de la communauté académique et des médias) étaient présents à ces assemblées annuelles des 16 et 17 mai, précédées par trois jours de symposiums et séminaires portant sur divers thèmes économiques, sociaux et environnementaux.

Au cours d’une table ronde ministérielle, la discussion a porté sur le développement des partenariats entre l’Afrique et l’Asie. D’autres séminaires de haut niveau ont abordé les thèmes des flux de capitaux et des échanges entre les deux continents, de l’essor du secteur privé en Afrique, des leçons à tirer de l’Asie dans le domaine du développement du capital humain et de la technologie, de même que dans celui de la coopération régionale et les défis transfrontaliers.

Ces Assemblées annuelles ont été précédées par de profondes discussions sur la coopération économique sino-africaine et suivies par le lancement de trois rapports de la Banque: « les Perspectives économiques en Afrique, 2006 », le « Rapport sur la compétitivité en Afrique, 2007 » et les résultats de recherches sur « les niveaux de prix et la consommation dans les pays africains ». Une attention particulière a été portée à la présentation des opérations et du bilan financier 2006 de la Banque africaine de développement.

Le Groupe de la Banque et la Chine ont organisé une exposition photographique et deux stands sur les expériences et les succès de la coopération sino-africaine. Par ailleurs, le gouvernement japonais via la Banque du Japon pour la coopération internationale accueillera un séminaire sur les expériences asiatiques dans la promotion des considérations environnementales pour un développement durable.

L’un des temps forts de ces assemblées a été la présentation des résultats financiers et opérationnels du groupe de la Bad pour l’année 2006. Le président Donald Kaberuka a informé les gouverneurs que les trois guichets de l’institution affichaient un revenu de 372.5 millions de dollars EU, le guichet de la BAD ayant un revenu brut de 291 millions de dollars EU pour l’année fiscale 2006.

« Je suis heureux de vous informer que la situation financière de la Banque demeure tout à fait solide et que les perspectives à moyen terme sont également très bonnes. Les ratios financiers les plus importants de la Banque ont été renforcés et figurent parmi les meilleurs à l’échelle des autres banques de développement multilatérales. La Banque continue de jouir des meilleures notes possibles auprès de toutes les agences internationales de notation qui ont réaffirmé leurs notes respectives AAA et AA+ pour la dette principale et la dette subordonnée, avec une perspective stable », s’est félicité le président Kaberuka.

Il a souligné que les perspectives de l’Afrique restent positives. Trente et un pays enregistrent une croissance économique supérieure à la croissance démographique. Elle est supérieure à 5% dans la moitié d’entre eux et à 7% dans neuf autres. Les pays sortant de conflit tels que le Liberia, la République centrafricaine, la RDC et le Burundi, retrouvent doucement l’équilibre. « Peut-être même de manière plus significative, les cinq pays les plus peuplés où vit près de la moitié des Africains ont enregistré un taux de croissance supérieur à 5%, et l’espoir est donc grand de voir se réduire rapidement le nombre de personnes vivant dans la pauvreté absolue », a-t-il déclaré, prévoyant un taux de croissance de 6,5 % pour 2007.

Néanmoins, malgré les progrès enregistrés, des millions d’Africains vivent encore dans des pays où l’économie stagne, se contracte ou compense tout juste la croissance démographique. Parmi les raisons qui expliquent cette situation, on note la fragilité, les conflits ou les difficultés politiques.

Même là où l’économie progresse, la vulnérabilité aux facteurs internes et externes reste importante. Ainsi, même une croissance du PIB réel de 5,5 % ne suffirait pas à conduire le continent vers une réduction de la pauvreté.

Les assemblées annuelles ont également été le lieu de discussions bilatérales et ont été marquées par la signature de plusieurs accords avec les pays membres régionaux. La Banque a ainsi signé avec l’Afrique du Sud un accord portant adhésion au Fonds africain de développement (FAD), le guichet concessionnel du groupe alimenté par 24 pays membres non régionaux. Des accords de financement ont en outre été signés avec la Côte d’Ivoire, le Cameroun et Djibouti, allouant à chacun d’eux un montant de 500 000 dollars EU destinés à la lutte contre la grippe aviaire. La Banque a également signé un accord de près de 500 000 dollars EU avec Sao Tome et Principe ainsi qu’avec le Burkina Faso pour un montant de 89 millions de yen afin de soutenir les efforts de réduction de la pauvreté dans ces pays.

Le Mozambique a signé un accord de près de 26 millions de dollars destiné au développement du barrage de Missingir. L’Ouganda pour sa part, a signé un accord de 45 millions de $ dans le cadre d’un programme pour le développement des infrastructures agricoles. Le Lesotho a signé un accord de près de 11 millions de dollars pour un projet d’éducation et un autre accord pour un projet routier (plus de 2 millions de $). La Zambie a signé un accord de 30 millions de dollars pour appuyer un projet de lutte contre la pauvreté et un accord de plus de 22 millions de $ pour un programme d’eau et d’assainissement en milieu rural. Enfin, le Mali a signé un accord de 22 millions de $ pour un projet d’appui au développement de la production animale et l’Île Maurice, un accord de 45 millions de $ pour l’appui aux réformes économiques.

Le conseil des gouverneurs a décidé d’organiser les prochaines assemblées annuelles de la Banque à Maputo, Mozambique, les 14 et 15 mai 2008.

*1UC=1,52418 de dollars américains


Sections Connexes

Contact

Felix Njoku Téléphone: +216 71 10 26 12