Le cadre de mesure des résultats du Groupe de la BAD : Renforcer les résultats du développement de l’Afrique

30/09/2010
Share |

Le conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 22 septembre 2010, à Tunis, le cadre de mesure des résultats de l'institution (RMF).

Le document jouera un rôle essentiel pour rendre la BAD plus efficace dans sa mission.  Il vise à accroître l'impact des opérations de la BAD sur le développement, dans l’objectif de la réduction de la pauvreté en Afrique.

Le cadre de mesure est un mécanisme simplifié de rapports sur les résultats. Il entend fournir des informations périodiques sur la performance de la Banque comparée aux résultats escomptés, et à permettre d’introduire à temps les mesures correctives éventuelles requises.

« Le RMF est un dispositif conçu pour donner plus de vigueur aux efforts de la direction en vue de diffuser une culture de résultats à tous les niveaux de l'institution », explique Thomas Hurley, directeur du département Assurance de la qualité et résultats de la BAD. « Ce dispositif attirera l'attention et fera la lumière sur les questions clés, en donnant à la Banque un outil supplémentaire pour se concentrer sur ses priorités stratégiques », ajoute-t-il.

Le RMF aidera la direction de la Banque et les membres du conseil à remplir un certain nombre de fonctions :

  • Examiner les progrès accomplis dans l'amélioration de la qualité, de la performance et de l'effectivité des projets à l'entrée, au cours de la mise en œuvre et à l'achèvement ;
  • Analyser les tendances de la performance, explorer la relation entre le renforcement de l'efficacité organisationnelle et l’amélioration de l’efficacité des actions de développement ;
  • Identifier les domaines où la performance laisse à désirer.

La Banque avait tout d’abord adopté un cadre de mesure des résultats pour le Fonds africain de développement (FAD), lors de l'examen à mi-parcours de la neuvième reconstitution du FAD, en 2003.

Depuis lors, la Banque n'a cessé d'améliorer ses cadres de résultats, en intégrant les bonnes pratiques et en ajustant ses priorités stratégiques.

Le Cadre de mesure des résultats est la dernière nouveauté dans cet effort. « Il intègre des innovations importantes, dont la principale est qu'il est maintenant un RMF du Groupe de la Banque, au lieu de se concentrer exclusivement sur les opérations du FAD. Ceci reflète l'importance stratégique grandissante des opérations de la Banque, et souligne la nécessité de la convergence des divers instruments de financement pour atteindre l'efficacité du développement », explique M. Hurley.

Le nouveau RMF s'appuie également sur les bonnes pratiques de toutes les banques multilatérales de développement (BMD), en introduisant une mesure des résultats à quatre niveaux : résultats du développement en Afrique, contribution de la Banque aux résultats de développement, efficacité opérationnelle de la Banque, et son efficacité en tant que structure.

« Cette approche est plus simple et plus efficace pour créer des liens entre les activités de la Banque et les résultats de développement. Elle offre également la possibilité de se concentrer sur un train plus vaste de réformes institutionnelles (décentralisation, processus d'affaires, etc.) qui font partie intégrante de l’agenda de la Banque sur la qualité et les résultats », complète-t-il.

Le cadre vient renforcer la première édition approuvée, car :

  • Il propose un cadre plus solide de mesure des résultats en aidant la BAD à mieux comprendre les liens complexes entre les ressources, la performance organisationnelle, la performance du portefeuille et les résultats sur le terrain ;
  • Il permet à la BAD de mesurer systématiquement les produits et les résultats des opérations dans tous les domaines clés de l'activité de la Banque ;
  • Il améliore la qualité des rapports en améliorant l'analyse quantitative, en se concentrant sur les contributions de la Banque au développement dans des domaines spécifiques tels que le genre, les opérations par région, la gouvernance et les opérations dans les États fragiles ;
  • Il développe des outils plus efficaces pour produire des rapports plus rigoureux, plus transparents et plus systématiques sur toutes les opérations de la BAD, et permet de voir à quel degré ces opérations atteignent les résultats de développement escomptés.

Dans le cadre du RMF, une nouvelle revue annuelle sur l’efficacité du développement (ADER) sera présentée tous les ans au conseil d'administration de la BAD.

Un résumé de l'ADER, sous forme de fiche de résultats, présentera tous les trimestres à la haute direction de la Banque l’état d’avancement en fonction des résultats prédéterminés.

En outre, les rapports quantitatifs sur les résultats opérationnels seront complétés par des notes sur les résultats qualitatifs dans les domaines qui revêtent une importance stratégique croissante.

L’ADER sera le principal outil pour faire rapport sur les résultats institutionnels du Groupe de la BAD. L’ADER sert de rapport pivot sur l’engagement de la BAD à une gestion axée sur les résultats de  développement et à une plus grande responsabilisation sur les résultats face aux parties prenantes et au grand public », déclare M. Hurley.


Contact