La BAD salue l’adoption de la nouvelle Constitution en Tunisie

06/02/2014
Share |

Le Président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD),  Donald Kaberuka,  assistera à la cérémonie officielle de promulgation de la nouvelle constitution de la Tunisie le 7 février à Tunis.

Au-delà de la célébration partagée, la BAD souhaite manifester son soutien résolu à la Tunisie dans cette phase historique et saluer chaleureusement son peuple et ses dirigeants pour l’adoption, par la voie du dialogue et du consensus,  de sa nouvelle Constitution, ainsi que pour la nomination d’un nouveau gouvernement.

La BAD exprime sa fierté suite à la nomination dans le gouvernement de Mehdi Jomaa de deux de ses cadres les plus compétents, à savoir Abdelhakim Ben Hammouda et Lassad Lachaal, respectivement ministre de l’économie et des finances et ministre de l’agriculture.

Pour le président Kaberuka, ces événements sont de «bonnes nouvelles pour la Tunisie et pour l’Afrique, et elles contribueront à restaurer la confiance des opérateurs économiques à l’intérieur et à l’extérieur du pays ».

Concernant les importants défis de la relance économique et de la stabilité politique et sociale, la BAD reste pleinement confiante dans  les capacités du pays à les relever.  Elle  réitère  sa volonté de poursuivre son appui à la Tunisie durant cette période riche de promesses.  Un dialogue régulier et de haut niveau, permettra aux autorités tunisiennes et à la BAD de maintenir un partenariat ambitieux et durable, au-delà de cette période de transition, pour accompagner la transformation de la Tunisie  vers  une croissance plus inclusive.

Depuis janvier 2011 la BAD a engagé plus de 2,4 milliards de dinars tunisiens (environ 1,492 milliards de dollars EU) au profit de la Tunisie pour de nouveaux projets et programmes. Cet appui  porte l’ensemble de ses engagements dans le pays depuis 1967 à plus de 13 milliards de dinars tunisiens (environ 8,083 milliards de dollars EU), faisant ainsi de la Tunisie le deuxième bénéficiaire historique de l’institution.