La BAD appuie les travaux de la Commission de l’Union africaine

29/01/2009
Share |

Addis Abeba, 29 janvier 2009 – Le Conseil exécutif de l’Union Africaine (UA) a ouvert sa 12ème session ordinaire, jeudi à Addis Abeba, avec comme thème central « le développement des infrastructures en Afrique ».

Le développement des Infrastructures en Afrique est également le thème du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement qui se tiendra du 1er au 3 février dans la capitale éthiopienne.

La BAD a eu une présence très active lors des évènements qui ont précédé ces deux réunions, notamment à l’occasion de la « Journée Portes Ouvertes pour les Infrastructures en Afrique » qu’a abritée le siège de la Commission de l’UA, en préparation au Conseil et au Sommet.

M. Gilbert Mbesherubusa, directeur du département Infrastructure  de la BAD, et M. Alex Rugamba, coordinateur du Consortium pour les Infrastructures en Afrique (ICA, créé à l’occasion du G8 de Gleneagles en 2005, et qu’abrite la BAD) y ont fait une présentation sur l’engagement de la Banque dans le développement des infrastructures sur le continent.

Cet évènement d’une journée a été l’occasion de discussions et d’échanges entre experts africains et non africains sur une série de questions relatives au développement, au financement et à la gestion des projets d’infrastructure en Afrique.

La BAD et la Commission de l’UA partagent la conviction que le développement des infrastructures est déterminant pour la croissance économique de l’Afrique et qu’il va s’accélérer.
Les deux institutions ont également une histoire commune de coopération dans ce domaine. 

Cette coopération s’est exprimée particulièrement à travers le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD) dont le cadre stratégique avait été formellement adopté par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’OUA, ancêtre de l’UA, à Maputo au Mozambique, en 2001.

Le NEPAD a confié à la Banque le rôle de chef de file dans le développement des infrastructures en Afrique. Les projets et programmes du Groupe de la BAD ont été conçus et mis en œuvre  de manière à mener à terme le mandate du NEPAD.

Une autre approche des priorités est en cours et est menée par un groupe de travail comprenant la BAD, l’UA, le NEPAD et la Banque de développement sud africaine (DBSA).
Ce groupe de travail a tenu sa première réunion en marge des assemblées annuelles 2008 du Consortium pour les infrastructures en Afrique et a convenu que le critère de priorité serait fondé essentiellement sur l’impact sur développement et l’alignement stratégique. Le groupe achèvera ses travaux en Mars 2009. 

La définition d’un ordre de priorité sera renforcée par l’achèvement du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA), étude en cours cofinancée par la Commission de l’UA et la BAD.

La Commission de l’UA indique que le Sommet devrait lui fournir, ainsi qu’aux autres parties prenantes africaines, l’occasion tant attendue de promouvoir la politique adéquate pour le développement des infrastructures. Ce serait là une contribution inestimable à la lutte contre la pauvreté sur le continent.