La BAD lance une série de consultations avec ses partenaires clés

22/02/2010
Share |

Tunis, le 19 février 2010 - La Banque africaine de développement (BAD) tiendra du 21 au 24 février, au Cap, en Afrique du Sud, une série de trois consultations successives avec ses principales parties prenantes pour examiner ses besoins en ressources pour l’avenir et les plans à mettre en place pour les combler.

Ces trois réunions auront en toile de fond les besoins particuliers de l'Afrique à la suite de la crise financière mondiale.

La première réunion sera une session du Comité des Dix, le dimanche 21 février. Elle sera suivie d'une réunion sur la 12e reconstitution des ressources du Fonds africain de développement (FAD-12) les 22 et 23 février. Puis viendra, le 24 février, une réunion avec les 24 membres non régionaux (non africains) de la Banque, consacrée à sa demande d'une augmentation générale de capital (AGC).

Le Comité des Dix a été créé en novembre 2008 lors d'une réunion des ministres africains des Finances et gouverneurs des banques centrales à Tunis, avec trois objectifs principaux. Ils devaient faire prendre la mesure de l'impact de la crise économique et financière mondiale sur les économies africaines, plaider la cause des réformes de gouvernance dans les institutions multilatérales, avec à l’esprit le renforcement de la participation africaine, identifier les questions prioritaires pour l'Afrique et s'entendre sur la contribution africaine au G20.

Le Comité des Dix s'est réuni régulièrement depuis, et la dernière réunion s’est tenue en juillet 2009 au Nigeria. Il a réaffirmé que la BAD devait être la principale institution de développement pour l'Afrique, et a donné son appui à la reconstitution des ressources du FAD-12 et à l'augmentation générale du capital.

Le FAD est le guichet concessionnel du Groupe de la Banque, qui octroie des prêts à taux bonifiés et des dons aux pays les plus pauvres d’Afrique. Ses ressources sont reconstituées tous les trois ans par 26 pays donateurs. La réunion du Cap, se tenant en période de post-crise financière, arrive à un moment critique pour l’Afrique.

La consultation sur l'AGC avec les pays membres non régionaux de la Banque se tient dans la foulée de la consultation avec les gouverneurs des 53 pays membres régionaux africains de la BAD, qui s’est tenue à Tunis le 12 février. Lors de cette consultation, les pays africains avaient appelé à l'augmentation du capital, et exhorté les pays non régionaux à y apporter également leur appui. Récemment, l’Union africaine a aussi exprimé son soutien à l’AGC.