La BAD a accueilli le forum de la coalition pour le dialogue sur l’afrique - La crise financière: l’occasion, pour l’Afrique, de redéfinir les paradigmes du développement

30/11/2009
Share |

Tunis, 29 November 2009 – La crise financière mondiale qui impacte négativement les économies africaines, est une opportunité rare pour le continent de redéfinir ses paradigmes du développement.

C’est le message central de la concertation multipartite d’une journée qu’a accueilli la BAD à Tunis samedi 28 novembre, sous les auspices de la Coalition pour le dialogue sur l’Afrique, présidée par l’ancien président de la république du Botswana, M. Festus Mogae.

La Coalition pour le dialogue sur l'Afrique (CoDA) est une initiative conjointe de la BAD, de l’Union africaine et de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique. La CoDA a été officiellement créée en mars 2009 à Addis-Abeba  pour prendre la relève de la Coalition mondiale pour l'Afrique (GCA), la Grande Table (Afrique - OCDE) et le Forum de développement africain; autant de forums politiques qui ont été établis dans les années 1990 pour promouvoir le dialogue sur le développement de l'Afrique.

Forum indépendant d’un point de vue institutionnel la CoDA cherche à encourager des discussions libres entre des acteurs étatiques et non étatiques.

Dans son introduction d’accueil aux participants, M. Abdoulaye Bathily, coordinateur de la CoDA, a souligné combien il était  important de saisir l’occasion de cette crise financière pour intensifier les efforts visant à sortir l’Afrique du cercle vicieux de la dépendance et de la stagnation. “CoDA soutiendra tout ce qui aidera à la redéfinition des paradigms du développemnt de l’Afrique et à l’émergence de nouvelles pratiques et d’actions citoyennes dans l’espace public en Afrique », a ajouté l’universitaire et ancien ministre sénégalais.

Souhaitant la bienvenue aux participants, le président de la BAD, Donald Kaberuka, a affirmé combien la CoDA pouvait être un instrument d’importance dans le plaidoyer pour aider l’Afrique à faire face à la crise. M. Kaberuka a rappelé comment la banque avait apporté à ses Pays membres régionaux, des réponses adéquates et innovantes face à la crise et leur avait permis de  rester malgré tout dans la course.

Pour sa part, le secrétaire exécutif de la CEA, Abdoulie Janneh, a mis l’accent sur la nécessité que les parties prenantes trouvent les moyens de mobiliser et d’ impliquer tous les talents et les ressources du continent au service de la création d’emplois et d’un développement durable.

Les discussions intenses et animées du Forum se sont construites autour de deux exposés: “Les réponses alternatives de l’Afrique à la crise financière” et « La crise financière et l’Afrique : conséquences et enjeux pour le développement social ».

A la conclusion de cette journée, et devant les nombreux  journalistes continentaux et européens présents, le président Festus Mogae a assuré que dans son rapport final qui sera publiédans les prochains jours, la CoDA recommande fortement l’augmentation générale du capital et des ressources concessionnelles du Groupe de la BAD, afin que la Banque puisse jouer pleinement son rôle au service des immenses défis qui attendent le continent.