La BAD lance le rapport de suivi sur le New Deal

01/06/2015
Share |

Le département d’appui à la transition (ORTS) de la Banque africaine de développement (BAD) a entamé lundi 25 mai, à Abidjan,  ses activités aux Assemblées annuelles 2015, avec le lancement du Rapport de suivi du New Deal du Dialogue international sur la consolidation de la paix et le renforcement de l’État (IDPS).

Le lancement du rapport a été marqué par une discussion de haut niveau, coprésidée par Isabella Lövin, ministre de la coopération internationale pour le développement en Suède, et Kaifala Marah, ministre des finances et du développement économique de la Sierra Leone. Les progrès accomplis dans la mise en œuvre du New Deal (ND), ainsi que les perspectives d’avenir ont été passés en revue.

La ministre Lövin a lancé la discussion en déclarant qu’en dépit des progrès en matière de consolidation de la paix, plusieurs pays, y compris des membres du G7+, (un groupement de 20 pays en situation de fragilité et touchés par un conflit), ont des défis à relever.

Dans son exposé, elle a fait observer que l’accomplissement des objectifs en matière de consolidation de la paix et de renforcement de l’État, nécessiterait une approche à long terme.

Le ministre Marah a, pour sa part, souligné la nécessité de renforcer les capacités des Etats fragiles, afin de leur permettre de passer de la fragilité à la résilience.

Abondant dans ce sens, le directeur d’ORTS, Sibry Tapsoba a encouragé les partenaires au développement à suivre l’exemple de la BAD, en abandonnant l’utilisation de la désignation d’«États fragiles» en faveur de l’expression «Etats en situation de fragilité » et en se focalisant sur les potentialités pour ces pays.

Les autres membres du panel comprenaient, Emilia Pires, envoyée spéciale du G7 ; Denisa Ionete, directrice de l’unité Fragilité et gestion de crises de la Direction générale de la Coopération au développement de la Commission européenne ; Paul Okumu, directeur du Secrétariat du Forum de la société civile de la plate-forme Afrique.

Une session instructive et productive

En dépit de la lenteur des progrès dans la mise en œuvre du New Deal, certains accomplissements ont été soulignés, en particulier l’intensification de la coopération entre le gouvernement et la société civile. A ce sujet, les parties prenantes se sont félicitées des tâches accomplies tout en tirant des leçons, en vue d’une une meilleure perspective.

Rappelons qu’en 2011, IDPS a lancé un « New Deal pour l’engagement dans les États en situation de fragilité » (le New Deal), avec l’approbation de plus de 40 pays et organisations internationales, en vue de restructurer les pratiques et les politiques de soutien aux pays en situation de fragilité. Pour ce faire, une approche multidimensionnelle a été adoptée, de même que cinq objectifs en  matière de consolidation de la paix et de renforcement de l’État notamment, la légitimité politique ; la sécurité ; la justice ; les fondements économiques ; et les revenus et services.

IDPS a été créé en 2008, pour offrir un espace dans le cadre duquel les pays en situation de fragilité pourraient faire entendre leur voix au même titre que les partenaires au développement, dans l’élaboration du programme de consolidation de la paix et de renforcement de l’État.

Le lancement du Rapport de suivi du New Deal, marque le premier d’une série de trois événements de l’ORTS dans le cadre des 50es Assemblées annuelles de la Banque. Les deux autres événements étant la session Développement et sécurité : faire face aux nouvelles menaces le mardi 26 mai 2015 et le Lancement du Programme conjoint BAD/Banque mondiale de reprise économique après Ebola le mercredi 27 mai 2015.

Pour en savoir plus sur les Assemblées annuelles de la BAD, veuillez consulter le site http://www.afdb.org/fr/annual-meetings-2015/