La BAD et la Banque mondiale examinent leur stratégie conjointe

21/01/2013
Share |


La Banque africaine de développement (BAD) accueille à Tunis une délégation de la Banque mondiale du 21 au 23 janvier 2013 pour discuter de  la planification de la stratégie conjointe de deux institutions qui sont  largement présentes en Afrique comme bailleurs de fonds, conseillers et catalyseurs de développement.

L’objectif de ces trois jours d’échanges réunions est d’examiner les défis et les opportunités auxquels est confronté le continent africain, notamment en termes de forte croissance économique, de nouvelles découvertes de ressources naturelles et d’urbanisation. Le déficit en infrastructures, le changement climatique, la sécurité alimentaire et les États fragiles sont également à l’ordre du jour.

“Les tendances le montrent, l'Afrique évolue très rapidement ; ce qui ébranle toutes les normes conventionnelles, y compris la façon dont nous opérons en tant que banques multilatérales de développement", a déclaré à l’ouverture de la rencontre, Gilbert Mbesherubusa, vice-président de la BAD chargé de l'Infrastructure, du secteur privé et de l’intégration régionale.

Les premières discussions ont ainsi porté sur l'énergie, l'agriculture et le secteur des transports.  Le développement humain et le renforcement des capacités,  les situations de  fragilité et les conflits, ainsi que le libre-échange ont également été abordés.

Cette session de planification stratégique conjointe fait suite à une série de consultations où a été ressenti le besoin d’un rapprochement afin d’étudier la meilleure façon de coordonner les  opérations en Afrique dans des domaines d'intérêt commun. L’objectif ultime étant d'optimiser l'impact des interventions.

Les échanges entre les deux institutions auront également, entre autres préoccupations, à :

  • harmoniser les orientations stratégiques de leurs programmes respectifs d’intégration régionale ;
  • examiner le portefeuille des projets en commun et explorer la possibilité de renforcer leur collaboration, notamment dans les projets régionaux ;
  • s’inspirer des expériences et des meilleures pratiques mutuelles dans la gestion des projets régionaux à travers l'Afrique ; et
  • renforcer les partenariats, les produits du savoir et la collaboration.

“L'intégration régionale fait partie de la Charte de la BAD depuis sa création en 1964 et reflète les aspirations du continent. De plus, au cours de la dernière décennie, la Banque a considérablement augmenté sa part dans les opérations multinationales (ou opérations régionales). En effet, selon les chiffres de la Stratégie d’intégration régionale de la Banque, cette part est passée de 5,9 % en 2000 à 15,4 % en 2010 du volume total des approbations du Groupe de la Banque, avec la priorité donnée à l'infrastructure, au commerce et aux biens publics régionaux", a rappelé le vice-président Mbesherubusa.