La BAD, la SFI et la FMO investissent dans la société énergétique de Dibamba pour améliorer l’approvisionnement énergétique au Cameroun

19/05/2011
Share |

Washington/La Haye/Tunis, le 18 mai 2011 – La Société Financière Internationale (SFI, membre du groupe de la Banque mondiale), la Société néerlandaise pour le financement du développement (FMO) et la Banque africaine de développement (BAD), investissent 66 millions d’euros dans la société énergétique de Dibamba afin de l’aider à construire une centrale de 86 mégawatts, qui garantira une alimentation électrique fiable et renforcera la sécurité énergétique au Cameroun.

La société de développement énergétique Dibamba est une filiale d'AES, détenue à 44 pour cent par le gouvernement camerounais.  

La SFI, la FMO et la BAD accordent chacun un prêt de 22 millions d’euros au projet de Dibamba, chiffré à 92 millions d’euros et consistant en une centrale thermique au fioul lourd située près de Douala, le centre industriel du Cameroun. La centrale sera raccordée au réseau interconnecté du Sud via une ligne de transmission de deux kilomètres, dont le financement sera également assuré dans le cadre du projet.

Andrew Vesey, vice-président exécutif et président de la région Amérique latine et Afrique pour AES, a déclaré : « L'expansion de Dibamba contribuera à répondre à la demande croissante en électricité et contribuera directement au développement des infrastructures électriques du Cameroun. Nous sommes heureux de travailler avec des institutions qui partagent notre engagement à répondre aux besoins infrastructurels essentiels du Cameroun ».  

Bernard Sheahan, directeur des Infrastructures en Afrique et en Amérique latine de la SFI, a déclaré : « en tant que premier producteur d'énergie indépendant, le projet marque une étape importante dans le développement du secteur énergétique du pays et illustre la façon dont la privatisation et la réforme du secteur peuvent contribuer à attirer des investissements privés dans la région ».

Pour Dave Smit, directeur du financement structuré de l’énergie de la FMO, « l’approvisionnement énergétique émanant du projet de Dibamba contribue à diversifier le bouquet énergétique du Cameroun, à améliorer la fiabilité générale de l’alimentation électrique et augmentera d’environ 10 pour cent la capacité nette d’alimentation électrique du pays. La FMO est très heureuse de jouer un tel rôle dans la stimulation du développement du Cameroun ».

Neside Tas Anvaripour, chef de la division Infrastructures et Partenariats privé-public du département Secteur privé de la Banque africaine de développement, a déclaré : « un approvisionnement énergétique fiable et abordable est essentiel à l’intensification du développement du secteur privé, à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté. En construisant de nouvelles infrastructures énergétiques, la centrale de Dibamba s’attaque à l’un des objectifs clés de la BAD, qui est de contribuer à l’amélioration de la disponibilité et de la fiabilité de l’électricité pour les industries et les ménages. »

La centrale de Dibamba a été développée afin d’éviter des coupures de courant imminentes et une situation de crise énergétique. Elle aidera le Cameroun à répondre à sa demande croissante en électricité, en particulier au cours des périodes de charge maximum, et fournira une composante thermique indispensable à un système largement basé sur l’hydroélectricité, qui demeure peu fiable les années de faibles précipitations.

Le projet sera initialement une centrale au fioul, mais une réduction du taux d’intérêt a été intégrée à la conception de l’emprunt à long terme afin d’encourager sa conversion ultérieure en centrale au gaz.   

À propos de la SFI :

La SFI, membre du Groupe de la Banque mondiale, est la principale institution internationale de développement au service du secteur privé dans les pays en développement.  La SFI œuvre pour permettre aux individus d’échapper à la pauvreté et d’améliorer leurs conditions de vie. Elle crée des opportunités en apportant des financements aux entreprises pour les aider à créer des emplois et à fournir des services essentiels, en mobilisant des capitaux auprès d’autres bailleurs de fonds, et en fournissant des services de conseil pour promouvoir un développement durable.

À propos de la FMO :

La Société néerlandaise pour le financement du développement (FMO) est la banque entrepreneuriale internationale des Pays-Bas.  La FMO investit en capital-risque dans des sociétés et institutions financières dans les pays en voie de développement. Avec un portefeuille de placements de 5,3 milliards d’euros, la FMO est l’une des principales banques bilatérales de développement du secteur privé dans le monde. Grâce en partie à sa relation avec le gouvernement hollandais, la FMO peut prendre des risques que les financiers commerciaux ne sont pas prêts, ou pas encore prêts à prendre.

La mission de la FMO : créer des entreprises florissantes, qui peuvent servir de moteur d’une croissance durable dans leur pays.

À propos de la Banque africaine de développement (BAD) :

La Banque africaine de développement (BAD) est une institution multilatérale qui favorise le développement durable en Afrique. C'est la première institution financière de développement en Afrique, qui intervient dans la mobilisation des ressources pour le progrès économique et social de ses 53 pays africains membres régionaux (PMR).

La BAD offre un éventail de produits financiers au secteur privé pour compléter ses activités traditionnelles de prêt aux Etats africains. Les opérations du secteur privé du Groupe de la Banque favorisent la consolidation des normes sociales et de gouvernance d'entreprise afin d'aider les sociétés africaines à adhérer aux meilleures pratiques internationales, rendant ainsi ces entités plus compétitives dans leurs pays et sur le marché international.

Contact :

A Washington :
Zibu Sibanda, IFC
Tél. : +1-202-473-0605

A La Haye
Eveline Schijf, FMO
Tél. : +31 70 314 9924

À Tunis
Nicol Houra Onike
Banque africaine de développement
Tél. : +216 7110 3227