La BAD et l’IFPRI organisent une réunion consultative des parties prenantes sur les agro-biotechnologies en Afrique

Share |

De: 15/02/2012
A: 16/02/2012
Lieu: Nairobi, Kenya

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) et l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) organisent une importante réunion pour présenter et examiner les conclusions et recommandations d’une étude commandée par la BAD sur les agro-biotechnologies pour l’Afrique. La réunion aura lieu les 15 et 16 février 2012 à Nairobi, au Kenya.

La portée économique et sociale du secteur agricole en Afrique est un fait établi. Mais pour de multiples raisons, le secteur ne donne pas de bons résultats. La mauvaise performance du secteur affecte en conséquence la sécurité alimentaire la croissance inclusive et la réduction de la pauvreté. De grands débats ont été consacrés à l’impérieuse nécessité de faire du secteur agricole en Afrique un moteur compétitif et à fort potentiel pour le développement économique grâce à l’utilisation des technologies avancées.

Dans ce contexte, le Groupe de la BAD a chargé l’IFPRI, en juin 2011, de mener une étude exhaustive, à partir de faits concrets, sur les agro-biotechnologies en Afrique, pour aider les pays africains à pour prendre en charge leur agriculture et les problèmes de sécurité alimentaire. La réunion consultative examinera les conclusions et les recommandations de l’étude pour validation par l’ensemble des parties prenantes. Elle établira les priorités parmi les domaines clés à aborder. Elle identifiera et arrêtera les rôles, les responsabilités et les ressources requises pour exécuter les actions prioritaires. L’étude recommande en particulier de renforcer le soutien  à la collecte des données, de renforcer des capacités du secteur agricole, d’améliorer la coopération sur les biotechnologies avec les pays sub-sahariens, et de vulgariser la communication pour le  grand public. A cet égard, le rapport est une étape importante dans la bonne direction.

Environ 80 représentants des agences de développement, des décideurs africains de haut niveau, des dirigeants du secteur privé, des scientifiques, des chercheurs et des organisateurs d’agriculteurs participeront à cette réunion.