La BAD solidaire de la communauté nigériane à propos des jeunes filles de Chibok

07/05/2014
Share |

« Être éduquée signifie que… je serai non seulement en mesure de subvenir à mes besoins, mais aussi d’aider ma famille, mon pays et ses habitants. Les avantages seront nombreux. » – Meda Wagtole, élève d’Éthiopie

Par solidarité avec la communauté nigériane, la Banque africaine de développement (BAD) voudrait exprimer sa préoccupation à propos des 276 jeunes filles de Chibok, ville de l’État de Borno dans le nord-est du Nigéria. Ces jeunes filles, dont le sort reste incertain, ont été kidnappées le lundi 14 avril 2014 au matin, alors qu’elles étudiaient et préparaient leurs examens finaux. Il s’agit d’une situation considérable et d’un drame humain déchirant.

L’accès à l’éducation est un droit fondamental et, par voie de conséquence, un motif inadmissible de cibler des jeunes filles innocentes. Les écoles devraient être des endroits sûrs dans lesquels les jeunes – filles et garçons – de l’Afrique peuvent poser les fondations d’un meilleur avenir pour eux-mêmes, leurs familles, les communautés et les États.

L’éducation au Nigéria représente une promesse et un espoir d’avenir prospère. Ces dernières années, des efforts ont été mis en place pour mettre en œuvre l’éducation de base universelle (Universal Basic Education – UBE) gratuite, pour œuvrer en faveur de l’alphabétisation des femmes et pour élargir les opportunités d’éducation de base à tous les enfants du pays.

Les filles supplient souvent leurs familles de leur permettre d’aller à l’école pour bénéficier d’une éducation. Des mères courageuses se battent pour que leurs filles puissent aller à l’école. Le gouvernement et les institutions de développement appuient diverses mesures visant à encourager la scolarisation des filles.

La BAD partage cette préoccupation avec le Nigéria, et tout particulièrement avec les familles des jeunes filles kidnappées. Nous considérons ce qui s’est produit comme un scandale et une terrible tragédie. Nous souhaitons un dénouement heureux de la situation pour que ces jeunes filles rentrent chez elles saines et sauves. Nous soutenons le gouvernement fédéral du Nigéria et l’ensemble de ses partenaires qui tentent par tous les moyens possibles de préserver la vie de ces jeunes filles. Nous réaffirmons aussi notre foi inébranlable dans l’éducation et l’émancipation des jeunes femmes partout dans le monde.