La BAD en discussion sur l’utilisation des technologies pour autonomiser les femmes dans l’agriculture

27/07/2015
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) a tenu des consultations de haut niveau avec le gouvernement néerlandais sur le développement d’une plate-forme qui permette de fournir aux femmes des informations sur les marchés afin de renforcer leur participation au commerce agricole.

L’envoyée spéciale de la Banque pour les questions de genre, Geraldine Fraser-Moleketi, et des spécialistes du Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement (CBI), une unité relevant du ministère néerlandais du Commerce extérieur et de la Coopération au développement, ont exploré les opportunités qu’offrirait la mise sur pied d’une telle plate-forme, à même de répondre aux besoins des agricultrices.

Un point important des discussions a porté sur la façon de remédier aux insuffisances actuelles, qui empêchent les femmes d’accéder à des informations utiles, susceptibles de les aider à tirer le maximum de bénéfices de l’agriculture. L’envoyée spéciale pour les questions de genre a insisté sur l’importance du lien entre une information opportune, précise et transparente, et l’autonomisation économique des femmes dans ce secteur.

Elle a souligné combien cette initiative arrivait au bon moment, étant donné que la Commission de l’Union africaine (CUA) a déclaré l’année 2015 « Année de l’autonomisation des femmes ». L’envoyée spéciale a ajouté qu’il était urgent de dépasser les approches conventionnelles pour répondre aux besoins d’informations des femmes. « Il est temps d’utiliser des moyens innovants pour atténuer les contraintes liées au genre dans le commerce agricole », a déclaré Madame Moleketi.

Les discussions se sont tenues les 6 et 7 juillet 2015 au siège de la Banque, à Abidjan. Elles se sont focalisées sur la conception, le développement et l’animation d’une plate-forme d’information sur les marchés des produits agricoles et la promotion des investissements.

Tout récemment, le bureau de l’envoyée spéciale pour les questions de genre a mené une étude, intitulée « Les femmes dans les chaînes de valeur agricoles », qui a identifié les lacunes (notamment l’asymétrie de l’information) qui constituent des contraintes dans l’accès aux marchés. La plate-forme d’information sur les marchés servira de guichet unique axé sur la connaissance et comblera les lacunes en matière d’information sur l’accès aux marchés, qui dissuadent les femmes, mais aussi les jeunes et les hommes, de participer de façon équitable, lucrative et durable au commerce agricole.

Les spécialistes du CBI ont salué le fait que cette la plate-forme mette l’accent sur l’information sur les marchés, soulignant que celle-ci fournirait aux exportateurs/utilisateurs des conseils pratiques, qui stimuleront directement leurs activités et accroîtront leurs parts de marché de façon soutenue.

Le directeur du Département de l’agriculture et de l’agro-industrie de la Banque, Chiji Ojukwu, a rappelé combien une telle initiative a la capacité de contribuer à l’amélioration des échanges intra-africains de produits agricoles et à l’intégration économique régionale. Il l’a décrite comme un outil catalyseur innovant et transformateur, qui favorisera la croissance économique et le développement de l’Afrique de manière inclusive, induite en cela par le commerce agricole.