La BAD lance son émission obligataire inaugurale en monnaie locale sur le marché des capitaux nigérian

18/07/2014
Share |

Après avoir reçu l’autorisation de la Commission Nigériane des valeurs mobilières (Securities and Exchange Commission – SEC) pour la mise en place d’un Programme d’émission obligataire à moyen terme (PEMT) de 160 milliards de NGN (1 milliard de dollars EU), et obtenu un accord de  « Non Objection » de la SEC pour le lancement de la procédure de souscription le 6 juin 2014, la Banque africaine de développement (BAD) a lancé sa toute première émission obligataire en monnaie locale sur le marché des capitaux nigérian.

L’obligation  a une maturité de 7 ans, un coupon semestriel à taux fixe, et une période de grâce de 3 ans qui précède la période d’amortissement du principal de 4 ans. Cette émission de la BAD introduit ainsi  un nouvel instrument au sein du marché domestique et apporte une émission supplémentaire à la classe d’actif supranational existante. 

La Banque a levé avec succès la somme de 12,95 milliards de NGN (soit environ 80 millions de dollars EU), en émettant à peu près à 75 points de base (bps)  en dessous du point de référence de la courbe des taux du Gouvernement  (Obligation du Gouvernement Fédéral du Nigeria qui mature le 27 jan 2022) ; arrivant ainsi  à un coupon de 11,25%.

La souscription a été ouverte le 20 juin avec pour date de clôture le 4 juillet, et le règlement des produits de l’obligation a eu lieu le 11 juillet. Le Programme PEMT de la BAD est le tout premier à être mis en place par un émetteur supranational sur le marché nigérian des capitaux.

Dans la classe d’actif supranational, le montant levé représente également l’émission la plus importante et avec la plus longue maturité jamais introduite sur le marché Nigérian. La bonne réception de l’émission par le marché a été prouvée et démontrée par la diversité des catégories d’investisseurs auxquels les titres ont été distribués (Fonds de pension, gestionnaires d’actifs, banques et assurances).

Le Trésorier du Groupe de la BAD, Pierre Van Peteghem, a souligné l’importance et la pertinence de la transaction pour l’institution, au vu de la taille  et du niveau de sophistication du marché Nigérian  et étant donné la place de premier actionnaire que le Nigeria occupe au sein de la BAD. Il a ajouté que « les émissions sur les marchés locaux permettent à la Banque d’accorder des prêts en monnaie locale à ses emprunteurs, éliminant ainsi le risque de change.  Cela permet aussi de participer au développement des marchés de capitaux africains, en offrant un nouveau produit d’investissement aux investisseurs institutionnels locaux ».

Les émissions obligataires en monnaie locale de la Banque sont structurées de façon à correspondre aux projets auxquels la Banque prêtera les fonds levés. Les produits de la première émission en NGN seront octroyés à un client qui utilisera les fonds pour le financement de PME locales et de projets d’infrastructure.

Cette émission constitue pour la Banque la troisième émission domestique en Afrique hors Afrique du Sud. La Banque a précédemment émis deux obligations en monnaie locale en Ouganda en août 2012 et mai 2013.

Selon Van Peteghem, « l’émission en Naira Nigérian confirme l’engagement de la Banque à  lancer un plus grand nombre d’obligations en monnaies locales à travers le continent. Les produits de ces obligations seront utilisés pour offrir des prêts en monnaies locales aux clients de la Banque. Ceci nous permettra de mieux répondre aux besoins des clients, et notamment d’atténuer les  risques de change inhérents aux les prêts en devises».

Pour cette transaction, la BAD a été conseillée par Stanbic IBTC Capital (membre du Groupe Standard Bank) et Rand Merchant Bank Nigeria, une filiale en propriété exclusive du Groupe FirstRand.

Dans le cadre de son Initiative en Monnaie Locale, la Banque a émis depuis 2005 une série d’obligations offshore indexées sur le Pula du Botswana, le Cedi Ghanéen le Shilling Kenyan le Shilling Tanzanien, le Kwacha Zambien et le Naira Nigérian. La Banque détient actuellement l’autorisation d’émettre sur les marchés domestiques de plus de 10 pays africains, en zone Franc CFA, en Zambie, au Ghana, en Egypte, en Tanzanie et au Kenya.

La Banque africaine de développement célèbre actuellement son 50e anniversaire, avec à son actif plus de 4 500 projets approuvés d’une valeur globale de plus de 118 milliards de dollars EU depuis sa création en 1964. Ces projets couvrent plusieurs secteurs dont  l’agriculture et le développement rural, l’intermédiation financière, l’industrie et la transformation, et l’éducation et la santé.


Sections Connexes

Contact