La BAD lance le Fonds de renforcement des capacités de la microfinance

20/07/2011
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), en partenariat avec le gouvernement espagnol, a lancé le Fonds de renforcement des capacités de la microfinance en Afrique. Son objectif est d’accroître les efforts pour renforcer les capacités du secteur financier aux bénéfices des pauvres et des populations à faible revenu du continent, particulièrement auprès de femmes et des populations des zones rurales.

La microfinance en Afrique a démontré être un instrument important de promotion de la croissance économique et de création d’emplois, cependant le secteur est fragile et ses bénéficiaires sont encore peu nombreux : seulement un foyer sur cinq a un compte de dépôt au sein d’une institution financière réglementée, comparé à une moyenne de 1,5 sur cinq dans les autres régions en développement et quatre sur cinq dans les pays développés.

En effet, le mandat principal du Fonds de renforcement des capacités de la microfinance est de renforcer la sensibilisation du secteur financier africain en développant des secteurs financiers accessibles à tous qui sont composés de diverses institutions fournissant un accès permanent à une variété étendue et adaptée de services financiers pour un large éventail de personnes pauvres et à faible revenu. Le Fonds assistera à renforcer la transparence dans le secteur de la microfinance, à soutenir les projets dans les zones rurales et à renforcer l’autonomisation des femmes. Le MCBF offrira une assistance technique à trois niveaux: au niveau micro pour les  institutions de détail ou de petite taille, au niveau moyen pour les infrastructures de marché et au niveau macro pour le cadre réglementaire, juridique et de supervision.  

Le Fonds fournira une assistance technique dans de nombreuses régions d’Afrique. Le Fonds fournira des subventions à travers trois appels d’offre, ayant lieu annuellement au cours de 2011-2013. Chaque appel se concentrera sur un ou des domaines spécifiques d’intervention et un ou des ensembles spécifiques de pays africains.

Le Fonds de renforcement des capacités de la microfinance initie dès à présent ses activités et  lance immédiatement un appel à proposition pour des projets novateurs pour améliorer la transparence du secteur de la microfinance. Reconnaissant que le manque de transparence dans l’industrie de la microfinance est une barrière significative pour les institutions de microfinance afin de mobiliser des ressources, gagner la confiance de ses clients et par conséquent accroître, étendre et approfondir la sensibilisation de ses bénéficiaires potentiels, cette composante répondra aux besoins de renforcement des capacités au niveau des institutions de  petites tailles, des infrastructures du marché et de la réglementation

L’appel d’offres a débuté le 20 juillet et s’achèvera le 19 septembre 2011. Dans le cadre de cet appel d’offres, le Fonds est à la recherche de propositions pour les pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.  D’autres pays appartenant à la Communauté Economique de l’Afrique de l'Ouest comme le Cap-Vert, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Liberia, le Nigeria, et la Sierra Leone seront considérés au cas par cas. Les montants des subventions varieront d’environ 200 000 EUR à 500 000 EUR par projet, en fonction de l’activité, et seront attribués à un total d’environ 8 à 10 récipiendaires.

Pour plus d’informations sur les critères d’éligibilité et pour enregistrer votre proposition, merci de consulter le site récemment lancé. Les entités gouvernementales et les banques centrales n’ont pas l’obligation de déposer leur proposition dans les limites de l’appel d’offres et pourront soumettre leur requête à tout moment auprès du Fonds de renforcement des capacités de la microfinance.

A propos de la Banque africaine de développement

La mission du Groupe de la Banque africaine de développement est d’aider à réduire la pauvreté, améliorer les conditions de vie pour les africains et mobiliser des ressources pour le développement économique et social du continent. L’institution tend à assister les pays africains – individuellement ou collectivement – dans leurs efforts pour s’assurer un développement économique durable et le progrès social.  

A propos de l’Agence espagnole de coopération pour le développement international

L’Agence espagnole de coopération pour le développement international est une entité de droit public relevant du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération qui fonctionne à travers le Secrétariat d'Etat à la Coopération Internationale (SECI).

A propos du Ministère espagnol de l’économie et des finances

Le Ministère de la Trésorerie est le département de l’Administration générale de l’Etat responsable de la proposition et de l’exécution des directives générales et des mesures de politiques économiques du gouvernement et, particulièrement, la politique relative aux revenus domestiques, des budgets et des dépenses et des entreprises publiques.