La BAD lance une plate-forme en ligne pour un suivi accéléré de ses résultats

21/05/2014
Share |

A Kigali, la Banque africaine de développement (BAD) a présenté en exclusivité, mercredi 21 mai, “MapAfrica”, plate-forme en ligne interactive qui donne une représentation graphique de l’intervention de la Banque sur le continent africain, afin de communiquer ses résultats avec davantage de clarté.

Le portail, nouvel outil de géocodage que la Banque a développé en partenariat avec AidData, a été dévoilé au cours des Assemblées annuelles de la Banque, dans le cadre de la Présentation financière et de l’efficacité du développement.

AidData fournit des produits et services qui promeuvent la diffusion, l’analyse et la compréhension des informations financières relatives au développement, en favorisant l’accès aux informations et leur exploitation. Ces données géocodées représenteront un volet important de la plate-forme MapAfrica, destinée à permettre à tout un chacun de visualiser en un coup d’œil les projets futurs que la BAD mènera sur le continent.

MapAfrica permettra à la Banque de s’assurer que ses ressources sont affectées avec un impact optimal. Dans le même temps, cela permettra à ses parties prenantes de mieux comprendre les activités de la Banque et leur impact sur le développement à l’échelle locale.

« La croissance consiste à améliorer les vies des gens et à créer des conditions économiques et sociales favorables permettant aux Africains de vivre plus longtemps et donnant davantage de sens à leur existence, a déclaré Simon Mizrahi le directeur du Département des résultats et du contrôle qualité de la BAD, en présentant la plate-forme. Grâce à cette carte, la Banque sera en mesure de fournir un accès transparent et égal à ce qu’elle accomplit partout en Afrique ».

MapAfrica s’inscrit dans la droite ligne de l’engagement de la BAD à offrir un accès transparent à son travail et une présentation claire des domaines dans lesquels elle obtient des résultats sur le terrain.

« MapAfrica nous permet de présenter nos investissements et nos résultats de manière simple, et de nous rapprocher des personnes que nous servons », a ajouté Simon Mizrahi.

Les donateurs versent chaque année plusieurs milliards de dollars EU à l’aide au développement, a-t-il rappelé, mais l’accélération du traitement des résultats de la mise en œuvre de la Banque s’est avérée fort difficile, en l’absence d’informations granulaires sur les activités individuelles de l’aide au développement.

Avec MapAfrica, il suffira aux internautes de zoomer sur une région ou un pays spécifique pour suivre les projets de la Banque à travers l’Afrique.

Pour avoir différents aperçus du portefeuille de projets de la BAD, les utilisateurs peuvent visualiser l’ensemble des projets conduits au sein d’un même pays en sélectionnant des cartes de pays individuelles, ou choisir le site d’un projet sur une carte afin de voir tous les autres sites qui lui sont associés à travers le pays.

Cette initiative spéciale donne à la Banque les moyens d’effectuer le suivi des performances de ses activités sur le continent et de leurs résultats. La plate-forme en ligne permettra également aux utilisateurs, quels qu’ils soient, d’examiner l’impact de la BAD sur la progression de la croissance en Afrique, a tenu à souligner Jean-Louis Sarbib, membre du comité directeur d’AidData et directeur général de Development Gateway. « Les gens pourront participer au processus de développement et améliorer son efficacité à l’aide de MapAfrica », a-t-il ajouté.

MapAfrica recense plus de 6 000 sites de projets géocodés, que l’on peut filtrer par pays, par secteur et par année. Il sera également possible de sélectionner un projet et visualiser tous les sites de mise en œuvre, obtenant ainsi une vision précise de l’envergure et de l’étendue du projet.

Ce nouvel outil aidera la Banque à améliorer la planification de ses projets sur le terrain à l’avenir, à comprendre où subsistent les écarts de développement et à identifier les donateurs et les projets sur lesquels ils travaillent pour réduire ces écarts, éclairant ainsi toutes les personnes impliquées dans leurs prises de décision.