BAD-Kenya : prêt de 28,1 millions d’euros pour l’accès à l’énergie fiable

09/12/2011
Share |

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 7 décembre 2011, un prêt privilégié de 28,1 millions d’euros pour soutenir le projet de centrale thermique de Thika, au Kenya. Ce projet d’énergie fiable du secteur privé encouragera la croissance économique en prenant en charge la question du déficit énergétique au Kenya.

Située dans la ville de Thika, à 35 km environ de Nairobi, et d’une puissance thermique de 87MW, la centrale de Thika est  composée de cinq générateurs au fioul lourd convertibles au gaz naturel, si le gaz devient disponible, et d’une turbine à vapeur de 7MW. Ils permettront de faire face à la pénurie de capacité thermique du Kenya, dont la demande s’accroît  de 6 pour cent à 8 pour cent par an.

Par ailleurs, la turbine à vapeur de la centrale thermique augmentera son efficacité, ce qui permettra de réduire les émissions de carbone. Elle allégera également la pression sur le réseau électrique de la région de Nairobi, qui souffre de fréquentes baisses de tension et de pannes.

Un porte-parole du directeur général de Thika Power, Samer Nasr, a déclaré: “Nous sommes totalement engagés à réaliser la centrale de Thika dans les plus brefs délais, pour soutenir le développement de l'économie du Kenya et celui de la demande croissante d’énergie, avec l'aide de nos bailleurs et partenaires, tels que la BAD.”

Parce qu’elle peut être mise en exploitation à la demande sous un bref délai, la centrale de Thika peut servir à suppléer les sources d’énergie hydraulique et éolienne, et ainsi soutenir la stratégie de production d'énergie renouvelable du gouvernement kenyan. Ce projet sera en mesure de fournir de l’énergie à environ  65.000 clients supplémentaires dans le pays.

Tim Turner, directeur du département du secteur privé et de la microfinance de la BAD, a déclaré: “En déployant la nouvelle capacité de production, le projet de Thika offrira l’avantage d’une énergie plus fiable, avec moins de coupures, et de plus grandes opportunités de croissance pour les entreprises du secteur privé et les petites et moyennes entreprises de la région du fleuve rivière Athi. Par ailleurs, le projet permettra de créer 500 emplois temporaires locaux, dont 30 pour les femmes, et créera également des opportunités d'emplois permanents”.