La BAD approuve 50 millions de dollars pour financer l'infrastructure d’'accès à l’internet

08/10/2010
Share |

Tunis, 6 Octobre 2010 – Le Conseil d’Administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, un prêt à hauteur de 50 millions de dollars EU pour financer le projet O3b qui comprend la conception, la construction, le lancement et l’exploitation d’une constellation de satellites à orbite équatoriale terrestre moyenne ainsi que le déploiement d’infrastructures terrestres complémentaires.

Le projet O3b à savoir les « autres 3 milliards » vise exclusivement les pays émergents, où le manque d’infrastructures terrestres, telles que les réseaux dorsaux en fibre optique, est notoire. Le projet vise donc à permettre l’accès aux services Internet haut débit aux populations de la planète les moins bien desservies, habitant les continents africain, asiatique et sud-américain. Grace à une offre de transmission alliant la capacité de la fibre optique à la flexibilité des systèmes satellitaires, notamment sur les zones blanches (non desservies par un réseau de téléphonie ou Internet) ou rurales, le projet O3b permettra aux opérateurs des pays émergents d’accéder à la bande passante internationale à des prix défiant toute concurrence.

O3b est promu par la Société européenne de satellites (SES), leader mondial parmi les opérateurs de systèmes satellitaires, Liberty Global, opérateur de câble multinational de renommée, la Banque HSBC, ainsi que Google, le leader mondial des services Internet. Estimé à un coût total d’un milliard de dollars, le projet est financé par des banques commerciales sous couverture de la compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur (Coface) et par un groupe de banques de développement comprenant la BAD.

En contribuant au développement de la connectivité internationale et celle des réseaux d’interconnexion régionaux et nationaux, le projet cadre bien avec la stratégie de la BAD en matière de TIC 2008-2010 qui fait de l’infrastructure le premier domaine prioritaire. Le projet est également conforme à la stratégie de la BAD en matière d’intégration régionale et, plus précisément son premier pilier, qui met en relief le rôle essentiel de l’infrastructure dans le soutien du commerce intra-régional et mondial et l’intégration du marché. A cet égard, les liaisons O3b faciliteront l’accès des pays enclavés à la large bande au moyen des câbles sous-marins.

Il est aussi de plus en plus évident que les TIC jouent un rôle essentiel dans le développement social, notamment dans la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement du continent. En outre, le projet renforcera l’accès des Africains aux services bancaires en ligne.