La BAD et Microsoft pour des TIC créatrices d’emplois pour les jeunes africains

23/05/2014
Share |

Le directeur général de Microsoft pour l’Afrique, Fernando de Sousa,  a indiqué  jeudi 22 mai à Kigali au Rwanda, l'importance de l'utilisation des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) pour créer la richesse et l'emploi, notamment en faveur des jeunes. C’était lors  d’une interview accordée en marge des Assemblées annuelles 2014 de la Banque africaine de développement (BAD).

S'exprimant au sujet du partenariat entre Microsoft et la BAD, de Sousa a expliqué que les actions menées à ce jour concernent notamment les domaines de l'éducation, de la santé et de l'agriculture. Microsoft a suggéré un ensemble de mesures qui devraient être adoptées par les gouvernements africains pour promouvoir l'utilisation des TIC chez les jeunes sans emploi. A travers ce partenariat, la BAD octroi un appui de 20 millions de dollars dans les technologies afin promouvoir l'accès des TIC  aux populations africaines.

Les deux institutions développeront plusieurs types d’applications électroniques pour appuyer le  renforcement des capacités institutionnelles  et des entreprises du secteur privé.  L’éducation à distance et l'amélioration de l'accès aux TIC à travers la distribution d’équipements figurent aussi en bonne place.

Toutefois, de Sousa a estimé qu'il y a encore de nombreux défis à relever en la matière, car  tout nouveau projet a besoin d’une volonté politique pour atteindre ses objectifs.  

Selon le patron de Microsoft, les grands défis auxquels doit faire face l'Afrique, sont entre autres la formulation d'une politique inclusive de régulation du marché et l'élaboration des dispositions légales. « Au nombre des grands défis, il y a que le continent africain fait toujours face à des pénuries d’électricité  et que les infrastructures sont souvent peu adaptées dans certains pays », a déclaré de Sousa.

Pour de Sousa, la mise en œuvre des projets nécessite également  le renforcement des capacités locales. Il faut aussi veiller à ce que l'approche partenariat public-privé soit  l'aboutissement  de projets générateurs de revenus et créateurs d’emplois.

« L’environnement est  favorable pour encourager les jeunes à profiter de ces opportunités technologiques mises à leur disposition. Cela contribuera à réduire les inégalités déplorables dans certains pays à travers le continent », a déclaré de Sousa.

Dans le domaine de l’éducation, le Kenya, la Namibie et la Tanzanie sont les seuls pays qui bénéficient du partenariat entre Microsoft et la BAD. Et ce à travers notamment l’installation et l’exploitation des systèmes d’éducation à distance qui favorisent les échanges de connaissances entre les institutions de recherche.

Dans le cadre d’un projet dans le secteur de la santé, il a été mis en place une technologie de  télémédecine au Botswana. Cela permet à des médecins d’un hôpital de référence de Gaborone de travailler étroitement avec leurs pairs de l’Université américaine de Pennsylvanie pour poser des diagnostics et administrer des traitements.