La BAD va mobiliser les partenaires au développement pour accroître ses interventions dans le secteur de l’eau et de l’assainissement

01/07/2008
Share |

La BAD va mobiliser les partenaires au développement pour accroître ses interventions dans le secteur de l’eau et de l’assainissement

Le président de la Banque africaine de développement, Donald Kaberuka, a indiqué hier, devant une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement réunis à Sharm El Sheikh en Egypte à l’occasion du onzième Sommet de la commission de l’Union africaine, que « la BAD entend contribuer efficacement à relever les défis que posent l’eau et l’assainissement aux pays africains ». Le thème du sommet portait sur « les objectifs de développement du Millénaire: quel financement pour les infrastructures en matière d’eau et d’assainissement pour l’atteinte des objectifs du millénaire ? »

S’exprimant à la suite du président Hosni Mubarak d’Egypte qui a introduit le thème du Sommet, le président Kaberuka a évoqué la situation très préoccupante de nombreux pays africains face aux objectifs de développement du millénaire en matière d’eau et d’assainissement. En effet, plus de 60% des Africains n’ont pas accès à des services d’assainissement décents et plus d’un million d’Africains meurent tous les ans par manque d’hygiène, d’assainissement et d’accès à l’eau potable alors que la communauté internationale s’est engagée en septembre 2000 à réduire de moitié, d’ici à 2015, le nombre d’Africains n’ayant pas accès à l’eau potable. S’ajoutent à cela, la dégradation de l’environnement et les effets pervers du changement climatique.

Pour répondre à ces nombreux défis du développement, la BAD s’est manifestée à travers de nombreuses actions et initiatives telles que la Facilité africaine de l’eau, le Fonds forestier du bassin du Congo récemment lancé à Londres avec une enveloppe de démarrage de 216 millions de dollars. Le lac Victoria, les fleuves Niger et Congo, le lac Tchad font l’objet d’une attention particulière de la part du Groupe de la Bad qui entreprend déjà des actions importantes en faveur des populations vivant dans ces zones.

Au cours des trois prochaines années, le groupe de la BAD aura investi 1,8 milliard de dollars dans le secteur de l’eau et de l’assainissement. Les besoins de financement des infrastructures dans le secteur de l’eau et de l’assainissement sont estimés à 20 milliards de dollars de 2000 à 2015. En vue de répondre à l’important défi que posent les problèmes de l’eau et l’assainissement à de nombreux pays africains et de coordonner ses opérations dans ce secteur, le Groupe de la Bad a décidé de renforcer sa coopération avec les partenaires au développement et, conformément aux résolutions de la première Semaine africaine de l’eau organisée à Tunis en mars 2008, d’encourager la gestion partagée des ressources en eau transfrontalières et le développement des infrastructures pour la sécurité en matière d’eau.