BAD – Maroc : prêt de 224 millions d’euros au secteur financier

24/11/2011
Share |

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé à Tunis, le 23 novembre 2011, un prêt de 224 millions d’euros pour financer le programme d’appui au développement du secteur financier – phase II (PADESFI II) du Maroc.

Le programme contribuera à créer les conditions nécessaires à une croissance économique inclusive à travers le développement de ce secteur. Il vise spécifiquement à renforcer la gouvernance du secteur et à améliorer l’accès des populations et des entreprises aux services financiers ainsi qu’à diversifier les instruments financiers.

Dès son approbation, l’accord de prêt a été signé par la BAD et le Royaume du Maroc. « Le PADESFI II est destiné à consolider et approfondir les acquis de la première phase. Il devrait accélérer la mise en œuvre des réformes de seconde génération dans le secteur financier du Royaume marocain », a déclaré Aloysius Ordu, vice-président de la BAD en charge des Politiques et programmes pays, qui a signé l’accord pour la partie BAD. L’ambassadeur du Maroc auprès de la Tunisie, Najib Zerouali Ouariti, a signé pour la partie marocaine.  

Le PADESFI II répond aux orientations stratégiques du programme du gouvernement, qui soutient l’amélioration de la gouvernance et de l’environnement des affaires. Il s’inscrit dans le prolongement du PADESFI I, approuvé par la Banque en décembre 2009, et des deux projets d’appui institutionnel approuvés en 2010 en vue de renforcer respectivement le dispositif marocain de régulation et de contrôle des marchés financiers ainsi que celui des garanties aux PME. Ceci reflète ainsi un engagement fort et continu de la Banque à accompagner les autorités marocaines dans la mise en place de réformes structurelles de seconde génération en vue de développer le secteur financier. Le PADESFI II est cofinancé avec la Banque Mondiale et respecte les orientations de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide.

Les résultats globaux attendus au terme de la mise en œuvre du Programme sont : l’amélioration de l’accès de la population aux services financiers, l’amélioration de l’accès au financement pour les entreprises, le renforcement du dispositif de gouvernance du secteur financier et, enfin, l’approfondissement du marché des capitaux.

A ce jour, les engagements cumulés de la Banque au Maroc s’élèvent à près de 2,1 milliards d’euros pour 28 opérations en cours d’exécution. Un tel niveau d’engagement témoigne de la qualité et de l’intensité du partenariat entre le Maroc  et la Banque africaine de développement.