La BAD lance l’idée d’un prix féminin de l’innovation en Afrique

25/10/2010
Share |

Tunis, le 22 octobre 2010 – La Banque africaine de développement (BAD) vient de lancer l’idée d’une compétition globale destinée à identifier, sur tout le continent africain, les entreprises fondées par des femmes ainsi que les projets féminins les plus innovants pour la société civile.

Leila Mokaddem, chef de division des Institutions financières au département du secteur privé à la BAD, en a lancé l’idée lors du Congrès du Réseau mondial des femmes chefs d’entreprise (FCEM) qui se tient à Florence, en Italie, du 19 au 23 octobre 2010.

Organisé an partenariat avec la Banque africaine de développement, le 58e Congrès FCEM se déroule sur le thème de la nouvelle économie et de la nouvelle écologie.

« Le prix féminin de l’innovation en Afrique serait décerné aux lauréates d’une compétition internationale entre les projets et les entreprises féminins les plus innovants en Afrique », a expliqué Mme Mokaddem. Le prix serait créé dans le cadre de l’initiative Femmes africaines chefs d’entreprise (FACE) de la Banque africaine de développement. La démarche impliquerait des partenaires stratégiques tels que les gouvernements européens, les universités et les entreprises.

« Dans cette ère d’intégration régionale, il faut encourager les femmes à faire les choses différemment pour gagner en efficacité et en qualité. Si l’Afrique veut être compétitive au niveau international, il faut s’aligner avec les standards internationaux. C’est en ce sens que la BAD désire encourager les femmes entrepreneures », a déclaré Mme Mokadem. Elle a rappelé à cet égard que la BAD soutient activement les femmes entrepreneures africaines pour le  rôle crucial qu’elles jouent pour l’économie du continent.

Lors d’une séance sur les façons innovantes de favoriser la coopération Europe-Afrique entre les femmes d’affaires, Françoise Foning, présidente de FCEM, et Laura Gucci, présidente de l’AIDDA, l’association italienne des femmes entrepreneures, ont accueilli avec enthousiasme l’idée de ce prix.

La Banque africaine de développement a également annoncé, à la délégation africaine du FCEM, l’approbation par son conseil d’administration du Fonds africain de garantie (FAG) pour les PME. La centaine de femmes chefs d’entreprise africaines, venues de 20 pays différents, a accueilli avec beaucoup d’enthousiasme ce nouveau projet panafricain pour les petites et moyennes entreprises. Les associations de femmes africaines chefs d’entreprise se sont engagées à travailler avec la BAD et les banques commerciales locales pour créer des synergies avec le Fonds africain de garantie et à préparer ses membres à soumettre des demandes de prêts.

Pour renforcer la coopération entre les femmes entrepreneures d’Afrique et d’Europe, les participantes ont insisté sur le soutien aux technologies de l’information et de la communication pour les femmes d’affaires africaines. Elles ont également appelé à plaidoyer auprès des gouvernements et parlements des pays européens pour mettre en avant les besoins de développement de l’entreprenariat féminin, les besoins d’un meilleur accès au crédit et d’une inclusion financière plus efficace.

Ce forum de haut niveau a ainsi permis à la Banque africaine de développement de mettre en valeur ces défis et de contribuer aux efforts d’amélioration de cette coopération.