Le bureau de la BAD en Ouganda reçoit une délégation des entreprises sud-africaines

15/05/2008
Share |

MM. Pieter Kriel, directeur général de Sanlam Private Equity, et Herman Marais, de Strategic Partners Ltd, d'Afrique du Sud, ont visité le bureau de la Banque africaine de développement (BAD) en Ouganda le 9 mai. Les deux parties ont discuté de la perspective de créer un fonds d'investissement dans le domaine agroalimentaire en Afrique de l'Est qui s'intitulera "Agri-Vie". Le fonds proposé, d'une valeur de 100 millions de dollars, prendra des participations dans diverses entreprises agroalimentaires d'Afrique subsaharienne et sera géré par des gestionnaires de fonds agréés à Maurice.

La BAD est invitée à participer au fonds à hauteur de 15 millions de dollars. Le fonds, a expliqué Pieter Kriel, sera centré sur des petites transactions allant de 3 à 7 millions de dollars par société et son principal marché sera l'Afrique du Sud. La société devrait toutefois étendre ses activités à d'autres pays d'Afrique subsaharienne où une demande existe. Les visiteurs souhaitaient notamment s'informer sur l'ampleur et le type de demande présente sur le marché ougandais en matière d'instruments participatifs dans l'agroalimentaire.

Le représentant résident du bureau de la BAD en Ouganda, M. Mukaila Ojelade, a accueilli la délégation et a souligné que le fonds proposé contribuera de manière positive au développement du secteur agroalimentaire et à la prospérité économique de la région, notamment par la création d'emplois, la sécurité alimentaire, la production de revenus et la réduction de la pauvreté. De plus, a-t-il fait remarquer, le fonds créera un guichet supplémentaire sur lequel la Banque pourra financer des projets de développement de petites et moyennes agro-industries.

Les perspectives de marché sont importantes pour le fonds en Afrique de l'Est, a-t-il précisé, car la plupart des fonds disponibles sont à court terme et ne conviennent pas pour des opérations agroalimentaires. Le représentant résident a expliqué que les principaux risques liés à cette opération sont les options de sorties limitées et la faiblesses des systèmes d'arbitrage commercial. Ces risques devront être correctement pris en compte dans la planification stratégique du Fonds, a-t-il ajouté. Il a été convenu que les promoteurs du fonds travailleront en étroite collaboration avec le bureau de la BAD en Ouganda pour identifier les investisseurs potentiels en Ouganda et partageront avec le bureau toutes les informations pertinentes.