La BAD organise à Tunis un atelier sur l'énergie solaire concentrée

Share |

Date: 21/10/2009
Lieu: Tunis, Tunisia

Tunis, le 12 octobre 2009 – La Banque africaine de développement (BAD) organise à Tunis, les 21 et 22 octobre 2009, le deuxième atelier de consultation sur l'énergie solaire concentrée (ESC). Cet événement, qui se déroulera à l’hôtel Sheraton de Tunis, est organisé en partenariat avec la Banque mondiale, la Société financière internationale (SFI) et le Programme de gestion du secteur énergétique (Energy Sector Management Program – ESMAP).

L’énergie solaire concentrée implique la conversion du rayonnement solaire en énergie thermique, qui est ensuite utilisée pour produire de l'énergie. En termes de viabilité commerciale comme option d'énergie renouvelable, l’ESC est à mi-chemin entre l'énergie éolienne et l’énergie photovoltaïque. C'est une technologie prête pour un déploiement plus massif car elle peut encore bénéficier d'économies en coûts de fabrication. L’ESC est d'un intérêt particulier pour les services publics, d’abord en raison de son moindre coût, ensuite parce qu’elle est plus évolutive en raison de sa capacité à stocker la chaleur, ce qui la rend plus disponible (distribuable) dans le temps que l'énergie solaire photovoltaïque. L’ESC est également plus compatible avec le modèle standard de génération centralisée.

La région Afrique du Nord est particulièrement prometteuse pour l'ESC. Elle se caractérise par un ensoleillement abondant, de faibles précipitations, une disponibilité suffisante en terrains inutilisés à proximité des lignes de transmission et des pays ayant une forte demande en énergie.
Un programme de production d’un gigawatt offrirait un certain nombre d'avantages pour les pays de la région, notamment :

  • Faire face à une demande croissante d’énergie, en raison de l'urbanisation et de l'augmentation des revenus, dans la région ;
  • Faciliter les échanges d'énergie verte entre les pays ;
  • renforcer la sécurité énergétique et appuyer les initiatives d'intégration régionale autour de la Méditerranée et du Golfe ;
  • Générer des retombées économiques : emplois verts, diversification des sources de carburant, etc.,
  • Et renforcer des avantages environnementaux à l’échelle locale et mondiale.

Avec le programme ESC, les pays de la région affirmeront leur position de pionniers parmi les économies émergentes dans le développement mondial de l'industrie de l'énergie solaire grâce à des économies d'échelle, la technologie devenant ainsi plus rentable pour son déploiement à plus grande échelle.

Dans la région, des projets d'environ 20 MW sont actuellement en cours d'exécution au Maroc, en Egypte et en Algérie. Ceux-ci utilisent une combinaison solaire-thermique, où l'énergie solaire augmente la chaleur d’une centrale à gaz. Toutefois, les coûts en capital élevés initiaux sont un obstacle pour un large déploiement de cette technologie. Les 11 et 12 juin 2009, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement ont tenu un atelier de consultation conjointe à Rabat, au Maroc pour étudier les possibilités d'élargissement, de développement et de construction de plusieurs usines ESC dans la région. Ce deuxième atelier de consultation à Tunis est donc un suivi de ce premier atelier.