La Bad et d’autres institutions investissent 165 millions de dollars pour soutenir les infrastructures ferroviaires en Afrique de l’Est

05/08/2011
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) a investi  40 millions de dollars US pour financer le programme d’investissement de capital de cinq ans  du « Rift Valley Railways »(RVR), le projet ferroviaire de la vallée du Rift, un consortium mis en place pour gérer le réseau ferroviaire entre le Kenya et l’Ouganda.

Le financement de la BAD fait partie d’un programme de prêt à long terme en devises de 165 millions de dollars US avec d’autres institutions financières internationales. Le consortium RVR  a remporté en 2005 l’appel d’offres pour la gestion privée du réseau ferroviaire Kenya-Uganda âgé de plus de 100 ans.

Le programme de prêt a été signé à Nairobi, le 2 août, entre le RVR, des représentants des gouvernements du Kenya et de l’Ouganda et des différentes parties prenantes au prêt.

Le financement de la BAD sera utilisé pour réhabiliter, opérationnaliser et maintenir la concession ferroviaire régionale et les facilités qui y sont associées au Kenya et en Ouganda. Le réseau ferroviaire connecte le port de Mombasa au Kenya à la capitale ougandaise Kampala, avec une bifurcation à Pakwach au nord-est de l’Ouganda.

L’entreprise du projet Rift Valley Railways Investments possède 100 % de Rift Valley Railways Kenya et 100 % de Rift Valley Railways Ouganda, qui sont toutes deux enregistrées au Kenya et en Ouganda respectivement.

La mise en œuvre de ce projet établira un système ferroviaire efficace, fiable et intégré au Kenya et en Ouganda et représente une étape majeure dans le développement des systèmes de transport de l’Ouganda et d’autres pays enclavés. La rénovation permettra de réduire les temps de transit et devrait conduire à une augmentation de la part de marché du rail pour répondre aux besoins de transport de fret.

Dans une déclaration commune, les ministres du Kenya et de l’Ouganda ont commenté,  “les deux gouvernements sont ravis de constater que le Rift Valley Railways a démontré son engagement à respecter ses obligations et à améliorer les services ferroviaires dans les deux pays. Rift Valley Railways a présenté plusieurs plans d’investissement pour la maintenance de la voie, la réhabilitation des locomotives et des wagons qui ont été soumis aux gouvernements du Kenya et de l’Ouganda. Suite à la signature des accords de prêt entre RVR et les prêteurs, des financements devraient être débloqués rapidement pour mettre en œuvre ces plans.”

Brown Ondego, PDG de Rift Valley Investments, a attribué les gains positifs de Rift Valley Investments à un travail d’équipe dévoué. Il a déclaré ‘Notre programme de rehabilitation, qui a débuté en novembre 2010, a déjà démontré des résultats anticipés impressionnants” le Président directeur général du groupe RVR, Brown Ondego, a ajouté “les tonnes-kilomètres nettes ont augmenté de 9 pour cent dans la première moitié de 2011, comparativement à la même période l'année dernière, tandis que les délais d'exécution - une mesure clé de l'utilisation des actifs - sur le trajet stratégique Mombasa-Kampala a chuté de 27 pour cent dans la même période. Année après année, nous avons également vu une chute de 30 pour cent des accidents par train-kilomètre”

S’exprimant sur l’investissement de la Banque africaine de développement, Gabriel Negatu, le Directeur régional pour l’Afrique de l’Est de la BAD, a offert un soutien continu pour le développement des infrastructures dans la région. “Avec le plan de restructuration et d’investissement, le Rift Valley Railways a le potentiel d’augmenter ses volumes et sa base de clientèle de manière significative, accroissant ainsi l’activité économique dans la région, » a-t-il déclaré « le projet de Rift Valley Railways représente une opportunité importante pour contribuer à combler le fossé des infrastructures en Afrique de l’Est. La Banque africaine de développement continue à jouer un rôle de chef de file dans le financement des infrastructures en Afrique.”

Depuis 2003, La Banque africaine de développement a approuvé environ 2 milliards de dollars US de financement pour le développement des infrastructures de transport en Afrique à travers son guichet pour le secteur privé. Les projets comprenaient le développement de ports, routes, aéroports et voies ferrés et ont été finances sous des formes diverses incluant finance d'entreprise, financement de projets et partenariats public-privé.

L’engagement de la Banque africaine de développement dans des partenariats stratégiques avec d’autres institutions financières de développement, comprenant d’autres banques multilatérales de développement, dans les secteurs clé comme les infrastructures de transport procure des effets catalytiques considérables. Cela génère par exemple 7 dollars mobilisés pour chaque dollar investi pour faire effet de levier pour le financement, et cela contribue également à la création d’emplois et à la croissance du revenu.

Les signataires de la cérémonie de signature comprenaient KfW Bankengruppe d’Allemagne, la Société financière internationale (IFC), l’agence de développement néerlandaise FMO, le groupe Cordiant, une facilité pour les infrastructures de crise, la Banque Equity du Kenya et La Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO)


Sections Connexes