La BAD participe à une importante conférence pan-africaine à Kigali, Rwanda: AfricaSan 3

Share |

De: 19/07/2011
A: 21/07/2011
Lieu: Kigali, Rwanda

La troisième Conférence africaine sur l’hygiène et l’assainissement (AfricaSan 3) se tient du 19 au 21 juillet à Kigali au Rwanda.  Le gouvernement rwandais est l’hôte de l’évènement conjointement avec le Conseil  ministériel africain de l’eau (AMCOW).  La BAD est un des commanditaires de la conférence.

Le principal objectif de AfricaSan 3 vise à aider les pays africains à atteindre les Objectifs du Millénaire au niveau de l’assainissement.  La conférence se veut être une occasion d’échanges entre experts en assainissement et en hygiène et les principales agences africaines et internationales concernées par le développement du secteur.  Plus de 700 participants venant des quatre coins de l’Afrique et de l’étranger sont attendus.  

La BAD participera à divers évènements lors de la conférence, et organise un  évènement thématique intitulé: La problématique du financement de l’assainissement: quelques réussites en milieu urban, péri-urbain et rural,  une table ronde qui se tiendra le mercredi 20 juillet, de 14h30 à 17h30 à l’hôtel  Serena, à Kigali.

Assainissement: défis et opportunités en Afrique


De nombreux pays africains sont confrontés à d’importants obstacles dans le développement des services  d'assainissement,  et accusent un sérieux retard dans l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour l'assainissement. Bien que des approches innovantes et une hausse des investissements s’ajoutent à la liste de solutions possibles, une meilleure utilisation des ressources existantes pourraient aussi assurer un déploiement des services plus rapide.

Par ailleurs, le développement de services d'assainissement abordables et durables n’est réalisable qu’avec l’existence d’un secteur performant capable de proposer une direction et des changements qui prennent en compte les intérêts des plus pauvres.

Pour renforcir le secteur et atteindre leurs objectifs, les gouvernements africains ont besoin de soutien dans l'adoption de politiques et de stratégies adéquates et dans le renforcement des capacités, ce qui pourra ultimement  permettre l’élargissement de la couverture des services en assainissement et assurer la durabilité des installations existantes.  La Banque africaine de développement s’ajoute au nombre des organisations multilatérales et d’autres agences africaines et internationales qui se sont engagées à financer les projets et programmes les plus prometteurs de ces gouvernements, et à mettre à leur disposition l’expertise nécessaire.

Faits et statistiques

  • Autour de 586 million de personnes, soit plus de 60 pour cent de la population africaine, n'ont actuellement pas accès à un service d’assainissement adéquat.
  • 70% de la population en Afrique sub-saharienne n'a pas accès à un assainissement amélioré.
  • En zone rurale, 76% de la population n'a pas accès à un assainissement adéquat.
  • La défécation à ciel ouvert est la pratique la plus courante en zone rurale.
  • Alors que la population urbaine africaine a doublé entre 1990 et 2008, en proportion, l'augmentation du nombre de personnes qui ont eu accès à l'assainissement a été négligeable.
  • Il est estimé que 1 million d'Africains meurent chaque année de maladies en raison de pauvres conditions d'assainissement et d'hygiène, et par manque d’accès à l’eau potable.

Engagement de la Banque au développement des services d’assainissement en Afrique

En respect à la Déclaration eThekwini 2008 (voir ), la Banque s'est engagée à soutenir les efforts de ses pays membres à fournir des services d'assainissement adéquats à des millions d'Africains.  Jusqu’à ce jour, la BAD a joué un rôle majeur dans le développement institutionnel et de l'infrastructure sur le continent, s'appuyant principalement sur des stratégies nationales pour mettre en œuvre divers programmes.

Ce que la Banque a fait depuis 2003:

  • Depuis 2003, le financement total de projets de la BAD approuvés portant sur l’accès à l’eau et à l’assainissement est d'environ USD 4,8 milliards, auquel la Banque a contribué USD 3,2 milliards, tandis que les gouvernements ont contribué pour USD 0,6 milliard et d'autres donateurs, USD 1,0 milliards.
  • Sur le total des USD 4,8 milliards, 1,1 milliard de dollars ont été investis dans l'assainissement = USD 1,0 milliard est allé à l'assainissement urbain alors que USD 0.1 billion a été investi dans l'assainissement en milieu rural.
  • Les projets financés jusqu'à présent ont inclus éducation à l'hygiène et renforcement des capacités, infrastructure, latrines, toilettes publiques, systèmes d'égouts, sites d'enfouissement, stations de transfert et systèmes de collecte.