La Bad au Forum national sur le développement du pétrole et du gaz à Accra, au Ghana

26/02/2008
Share |

Les experts de la BAD participent au forum national de deux jours sur le pétrole et le gaz, à Accra, au Ghana. L'événement, qui se déroule du 25 au 26 février 2008, s'inscrit dans le cadre des efforts du Ghana visant à démontrer que loin d'être une malédiction, les ressources naturelles pourraient constituer un bienfait immense pour le pays. Le forum vise également à faire participer aux discussions toutes les parties prenantes dans le secteur du pétrole et du gaz. Ce forum permettra au gouvernement ghanéen de s’appuyer sur l'expérience d’autres pays riches en ressources, avec l’apport d’experts nationaux et internationaux qui seront sur place pour partager leurs expériences. Les participants au forum d'Accra se concentreront sur les possibilités de « transformer les richesses en gaz et pétrole en développement durable et équitable. »

Les participants examineront aussi la contribution du pétrole et du gaz à la croissance économique et au développement en termes de stratégies de développement du Ghana et d’expériences – à la fois positives et négatives – à travers le monde, y compris un examen des démarches nécessaires à la réalisation de cette initiative, tant en termes de finances publiques saines que de principes de gestion notamment des instruments qui ont été développés pour soutenir l'initiative, y compris les  fonds des revenus pétroliers. La conférence mettra aussi l'accent sur la transparence. Elle examinera le rôle de la transparence, de la responsabilité et de l'implication des parties prenantes dans l'élaboration et la mise en œuvre d'une bonne politique de l'industrie extractive, en utilisant des exemples provenant du Ghana et d'ailleurs et en se fondant sur l'Initiative pour la transparence dans l’industrie extractive (EITI).

Les discussions porteront également sur la « gestion efficace des secteurs du pétrole et du gaz ». Ce thème concerne la manière dont les lois, les contrats et institutions peuvent contribuer à la gestion efficace de l’exploration et de la production du pétrole et du gaz ; et générer des bénéfices pour le Ghana. Les discussions porteront aussi sur les licences d’exploitation, les négociations, les conditions fiscales et le rôle de régulateur, les compagnies nationales de pétrole, prenant exemple sur les récentes expériences du Ghana avec les réformes juridiques et les exemples tirés de par le monde.

Les experts en industrie pétrolière et minière qui participent au forum examineront également le thème « Sauvegarde de la sécurité et de l’environnement ». Ils se pencheront sur la sécurité et les questions d’environnement liées à l’industrie pétrolière et minière, à toutes les mesures de sauvegarde appropriées ainsi qu’aux meilleurs moyens de leur mise en œuvre.

Le forum envisage le lancement d’un processus qui permettra au gouvernement de procéder à une large consultation les mois à venir et à la préparation d’une politique nationale globale en matière de pétrole et de gaz, ainsi qu’un plan directeur dans le secteur. Le gouvernement ghanéen ainsi que les autres parties prenantes soutiennent la nécessité de tenir des forums et des échanges aussi importants et de développer une politique et un programme.

La BAD a approuvé l'Initiative pour la transparence dans l’industrie extractive (EITI), qui permettra aux pays africains riches en ressources minières de tirer d’énormes profits du pétrole, du gaz, des ressources minières et naturelles, et ce en publiant les revenus et leurs dividendes en vue du développement. L’approbation de l’initiative par la Banque va aider à résoudre l’un des paradoxes du continent africain, qui se traduit par le fait que « les pays riches en ressources minières sont parmi les plus pauvres de la planète ». Quatorze des vingt-deux pays membres de l’EITI sont africains. Les partenaires donateurs de EITI comprennent le G8 et la Norvège. Un groupe d’entreprises et d’associations industrielles, ainsi que le FMI, la Banque mondiale, la BERD et l’OCDE et la Coalition « Publiez ce que vous payez » y participent également.

L’initiative est en phase avec la politique de la Banque en matière de gouvernance, adoptée en novembre 1999. Cette politique vise essentiellement les pratiques de la bonne gouvernance dans ses pays membres, en conformité avec ses règles, sa mission et ses priorités de développement. La communauté EITI adhère aux règles telles que l’utilisation prudente et la gestion appropriée des ressources naturelles au bénéfice des citoyens, tout en permettant au public de comprendre comment les gouvernements génèrent leurs revenus et leurs dépenses.

Le  Ghana, rappelle-t-on,  fait partie des pays signataires dont l’Angola, le Cameroun,  le Congo, la RD Congo, le Gabon, la Guinée, la Guinée Equatoriale, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, Sao Tome  et  Principe, la Sierra Leone et le Tchad.