La BAD, partenaire de l’UNESCO pour célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse, à Tunis

02/05/2012
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) est partenaire de la Journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai et organisée par l’UNESCO, à Tunis, du 2 au 5 mai 2012 autour du thème : « la liberté de la presse, vecteur de transformation des sociétés ».

Lors de cette semaine de rencontres qui va réunir de nombreux médias internationaux et acteurs de la société civile, la BAD co-organise plusieurs événements.

Pour la BAD,  la promotion de médias solides, pluralistes, libres et indépendants en Afrique, contribuera à :

  • renforcer la transparence et l’obligation de rendre compte,
  • renforcer la participation aux processus de réforme de la gouvernance, depuis le niveau communautaire jusqu’à celui de l’État,
  • susciter l’intérêt du public pour la mise en œuvre de politiques publiques de développement favorisant une croissance inclusive partagée par tous.

 

C’est dans ce cadre et pour poursuivre son appui au renforcement des capacités des médias en Afrique, que la BAD a mis en place une session de formation pour des journalistes venus de  tout le continent. « Le rôle des media pour promouvoir la bonne gouvernance et l’obligation de rendre compte » en est le thème central. Elle aura lieu du 3 au 5 mai  au Centre africain de perfectionnement des journalistes et communicateurs (CAPJC), à Tunis.

Le 2 mai, avec « Tunisia Live », premier site tunisien d’informations en ligne de langue anglaise, et le centre pour le développement de la communication,  la BAD sponsorise l’organisation d’une table ronde sur le rôle pionnier de la Tunisie dans l’éveil du monde arabe en termes de médias et de gouvernance. Des acteurs de haut niveau représentant le gouvernement, l’assemblée constituante, les professionnels et la société civile composeront le panel de discussion.

Enfin, M. Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, a convié plus de 300 participants à un déjeuner le 4 mai sur le lieu de déroulement de cette manifestation.

En Tunisie, la BAD a été la première institution financière de développement à nouer le dialogue avec les autorités issues de la révolution du 14  janvier 2011, en mettant en œuvre un Programme d’appui à l’inclusion sociale et à la transition en Tunisie accordant la priorité à la création d’emplois, à l’accès aux services sociaux dans les régions défavorisées et à la transparence dans la gouvernance. Le département du développement social et humain de la Banque est également en train de mettre au point d’autres programmes de participation citoyenne et de redevabilité en Afrique.