La BAD en partenariat avec les OSC pour stimuler le développement en Afrique

15/01/2015
Share |

 

Le comité conjoint composé de représentants de la Banque africaine de développement et d’organisations de la société civile (les OSC) a été  relancé dans le but de dynamiser le partenariat entre les deux parties  en vue du renforcement du développement sur le continent.

Le Comité, qui a été  réactivité au cours d’une réunion de deux jours entre la Banque et les OSC, discutera de la préparation d’un plan de travail, des modalités de sa mise en œuvre ainsi que d’une structure de responsabilisation. « Les OSC sont des partenaires de premier plan pour nous, particulièrement dans la promotion de la redevabilité, de la transparence et de la bonne gouvernance. La redevabilité est une dimension clé dans la réalisation de notre objectif, et nous pourrions certainement être plus performants en bénéficiant d’un outil d’évaluations extérieures, surtout venant d’organismes comme les OSC », a déclaré Rakesh Nangia, président du Comité, lors de l’ouverture de la réunion le 14 janvier au Siège de la Banque à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

S’adressant aux participants à la réunion, qui comprenaient les chefs des organisations de la société civile au niveau régional et les représentants des secteurs clés concernés au sein de la Banque, il a réitéré l’importance de renforcer l’engagement avec les OSC. « La Banque reconnaît et apprécie l’expertise et les contributions des OSC, qui sont indispensables à la réalisation du développement durable en Afrique », a expliqué M. Nangia, qui est également l’évaluateur général du département de l’évaluation indépendante du développement (IDEV) de la Banque.


Ses commentaires ont été repris par Mamadou Goita, président du la Coalition de la société civile, qui a décrit le rôle crucial que peut jouer la société civile en aidant la Banque à élaborer des projets répondant mieux aux besoins des communautés. « Il faut que nous soyons impliqués dès le premier stade d’élaboration des projets, car nous connaissons bien les contextes dans lesquels évoluent nos différentes communautés. Nous pourrons ensuite contribuer à l’avancement des dossiers jusqu’aux stades de la mise en œuvre et du suivi-évaluation », a déclaré M. Goita.

Il a pris comme exemple les récentes interventions contre l’Ebola, faisant ressortir que les organisations de la société civile auraient pu avoir été mises à contribution pour aider à agencer les différentes facettes de l’assistance apportée par la Banque. « Nous sommes ceux qui évoluent sur le terrain et nous connaissons donc les besoins spécifiques qui s’y présentent ; ça peut être un soutien pour identifier des personnes qualifiées en matière de dispense de soins, le problème de la drogue, ou même la construction de nouveaux hôpitaux, entre autres dossiers ». En août de l’année dernière, la Banque a approuvé une subvention de 60 millions de dollars US afin d’aider à renforcer les systèmes de santé publique de l’Afrique de l’Ouest et d’être en mesure de s’attaquer à la crise de l’Ebola

La question de l’engagement avec les OSC des États fragiles a aussi été soulevée de manière précise et a abouti à la présentation de recommandations portant sur le financement durable et sur le développement institutionnel des organisations, y compris le renforcement de leurs capacités, dans le long terme.

Toutefois, des appels ont été lancés pour que tout un ensemble d’OSC tant internationales que locales opérant dans les États fragiles travaillent de concert, afin qu’elles arrivent à renforcer la mise à disposition de services. « Il est possible que les ONG internationales ne soient pas capables d’intervenir sans l’engagement des ONG locales. Les deux doivent collaborer pour s’assurer que les meilleurs résultats soient obtenus », a signalé Baboucarr Sarr, coordinateur en chef  fragilité régionale, au département de l’appui transitionnel de la Banque. Cela, a-t-il ajouté, est un enseignement clé qui a été tiré des interventions et du travail réalisés dans la Corne de l’Afrique.

Le partenariat BAD-OSC s’inspire du Cadre d’engagement consolidé avec les organisations de la société civile, qui se situe dans le droit fil de la Stratégie décennale de la Banque (2013-2022)


Contact