La BAD engage 18 millions de dollars EU pour la reconstruction de la Somalie

08/05/2013
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) a promis un appui de 18 millions de dollars sur trois ans à la reconstruction de la Somalie. Le président  Donald Kaberuka a pris cet engagement au cours de la seconde journée de la conférence sur la Somalie, qui a pris fin à Londres le 7 mai.

« Nous allons nous concentrer sur tout domaine que le gouvernement somalien considèrera comme prioritaire », a déclaré Kaberuka, faisant référence au plan d’action présenté par le gouvernement somalien pour la période 2013-2016. « Au-delà du secteur de la gestion des finances publiques, nous pensons à tout le domaine des statistiques et de la planification des infrastructures. »

Kaberuka a souligné l'importance de la stabilité en Somalie et dans toute la région de la Corne de l'Afrique, et salué la résistance du peuple somalien. « La Somalie a un long chemin à parcourir, mais le chemin qu’elle a déjà parcouru est important », a-t-il dit.

Le président Kaberuka a également appelé à une action rapide sur le processus de l'évaluation et de l'apurement de la dette extérieure du pays, estimée à 3 milliards de dollars EU. Il a également plaidé pour la souplesse dans l'appui à la Somalie.

La conférence sur la Somalie a été co-organisée par le Premier ministre britannique David Cameron et le président de la Somalie, Hassan Sheikh Mohamud. Elle a réuni des participants de 54 pays, dont les présidents du Kenya, de l'Ouganda et de Djibouti, le Premier ministre d'Éthiopie, et de hauts représentants d'organisations internationales telles que les Nations Unies, l'Union africaine et le Fonds monétaire international.

La conférence a examiné les progrès accomplis à ce jour par le pays dans les domaines de la paix et de la sécurité, de la gestion des finances publiques, de la justice et de la police, ainsi que les questions concernant les arriérés et l'assistance à long terme.

Les bailleurs de fonds ont reconnu qu’il est important de renforcer la coordination de l'aide dans le pays. Ils ont également relevé que le succès de tout programme d’appui passe par son appropriation par le gouvernement. Ils ont aussi mis l’accent sur un règlement rapide des arriérés du pays, tout en poursuivant l’appui aux systèmes de gestion des finances du pays.

«L'engagement dans les États fragiles comporte toujours des risques », a déclaré  Kaberuka. « Avec le temps, nous avons appris à gérer et à atténuer ces risques. »

« La Facilité en faveur des États fragiles de la BAD a fait ses preuves et elle soutiendra la Somalie dans le domaine de la gestion des finances publiques, la création de moyens de subsistance et la résilience », a ajouté Kaberuka. « La famine survenue dans la Corne de l'Afrique, et qui a emporté un quart de million de personnes, doit être la dernière. »