La BAD s’engage à hauteur de 600 millions USD pour les activités du corridor Nord-Sud

07/04/2009
Share |

Tunis, 7 avril 2009 - Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) s’est engagé à investir, à court et moyen termes, 600 millions de dollars américains dans les opérations du corridor Nord-Sud.  L’engagement a été pris par le président de la BAD, M. Donald Kaberuka, le 6 avril 2009 lors de son intervention à la conférence tripartite sur le corridor Nord-Sud qui s’est tenue à Lusaka en Zambie, les 6 et 7 avril.  

La conférence de haut niveau a réuni plusieurs chefs d’Etat dont les présidents Mwai Kibaki du Kenya, Kgalema Motlanthe de l’Afrique du sud, Yoweri Museveni de l’Ouganda et Rupiah Banda de la Zambie, hôte de l’événement. Participaient également à la conférence le ministre britannique du commerce, M. Thomas Gareth; la vice-présidente de la Banque mondiale pour la région Afrique, Mme Obi Ezekwesili; le directeur général de l’OMC, M. Pascal Lamy; et le commissaire au commerce de l’Union Européenne (UE), Mme Catherine Ashton; ainsi que les représentants de la Banque européenne d’investissement et de la Standard Chartered Bank Group.

La conférence de deux jours était conjointement organisée par le marché commun de  l’Afrique de l’est et de l’Afrique australe (COMESA), la Communauté de l’Afrique de l’est (EAC) et la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) comme une suite au sommet tripartite tenu à Kampala, en Ouganda, en octobre 2008. Cette initiative vise à réduire le temps et les coûts associés aux transports routiers et ferroviaires en Afrique de l’est, centrale et australe. Le  corridor couvre la République démocratique du Congo, la Zambie, le Malawi, le Botswana, le Zimbabwe et l’Afrique du sud.

Selon M. Kaberuka, la conférence des “engagements” représente une méthode novatrice dans la manière de fournir l’aide au continent et de financer les activités régionales à l’opposé des interventions standards uniquement nationales. Il a informé les participants que le thème de la conférence est en ligne droite avec la stratégie à moyen terme de la Banque pour la période 2008-2012. La conférence se tient à un moment opportun étant donné que la crise financière mondiale a augmenté la perception du risque des investisseurs privés impliqués dans le développement des infrastructures publiques, a-t-il déclaré. Il a également lancé un appel aux gouvernements membres à continuer à fournir le soutien politique dont témoigne la présence des quatre présidents africains à la conférence. Il a fait remarquer que l’entretien et la maintenance constituent une composante essentielle de la procédure de mise en place des infrastructures durables.

En remerciant les trois communautés économiques régionales pour cette initiative stratégique, M. Kaberuka a fait savoir que la BAD continuera à soutenir des initiatives semblables à travers le continent dont l’objectif est d’améliorer la connectivité interne du continent. Les engagements, estimés à 1,9 milliards de dollars, ont été pris à court terme avec une possibilité de financement supplémentaire à moyen et  long termes. Les détails relatifs aux engagements des bailleurs seront confirmés à la fin de la conférence.

Les quatre présidents africains présents à la conférence ont tous déploré  le perpétuel problème des infrastructures faibles et la balkanisation du continent qui soulignent la nécessité d’accélérer les initiatives susceptibles de promouvoir le commerce et l’intégration régionale. Ils se sont engagés à soutenir l’initiative, y compris par une contribution directe à des projets spécifiques et par tous les moyens possibles.