Le président de la BAD discute à Stockholm avec les responsables suédois des partenariats et de la coopération

10/06/2016
Share |

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a rencontré des dirigeants suédois, le 8 juin 2016,  à Stockholm, durant la seconde partie de sa visite dans trois pays nordiques. Au cours des différentes réunions, Adesina a remercié la Suède pour son soutien à la Banque et au Fonds africain de développement (FAD) et l’a appelée à renouveler son aide pour reconstituer le 14ème FAD. La Suède a rejoint le FAD en 1973 et la BAD en 1982. Elle contribue à plusieurs fonds fiduciaires de la Banque africaine, parmi lesquels le Fonds pour l’accélération du développement agricole, le Fonds fiduciaire pour la gouvernance et le Fonds fiduciaire multidonateur pour le Zimbabwe. Avec une donation de 293 millions US, la Suède s’est hissée au 8ème rang des donateurs pour la reconstitution du 13ème FAD.

À Stockholm, le président Adesina a rencontré Ulrika Modéer, secrétaire d’État au ministère suédois des Affaires étrangères et gouverneur de la Banque pour la Suède ; Magdalena Andersson, ministre suédoise des Finances ; Charlotte Petri Gornitzka, directrice générale de l’Agence suédoise de développement international (SIDA) et la fédération des entreprises suédoises.

Lors de toutes ces réunions, les dirigeants se sont réjouis de la coopération existant entre l’institution et la Suède. Ils ont également félicité le président pour sa vision ambitieuse du développement de l’Afrique et réitéré tout leur soutien au travail effectué par la Banque africaine de développement. Ils ont réaffirmé leur volonté de collaborer étroitement avec le président Adesina afin de mettre en œuvre les cinq grandes priorités (TOP5) : éclairer l’Afrique et l’alimenter en électricité, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des populations en Afrique.

De son côté, le président Adesina a rendu hommage à la Suède pour être l’un des quelques pays de l’OCDE dont l’aide au développement est restée supérieure à 0,7 % de son revenu national brut (RNB). Il a présenté en quelques mots les cinq grandes priorités de la BAD ainsi que le modèle de développement et de prestation de services approuvé dernièrement. Il a ensuite expliqué que la Banque était en plein réajustement pour se rapprocher de ses clients et leur offrir un service plus rapide et à grande échelle.

Adesina a insisté sur le fait que même si les économies africaines rencontraient des écueils, elles résistaient et devraient afficher un taux de croissance de 3,6 % en 2016, supérieur au taux de croissance mondial (3,2 %), à celui des États-Unis (2,2 %) et celui de la zone euro (1,9 %). Un taux qui fait de l’Afrique la deuxième région du monde à la plus forte croissance, juste derrière l’Asie. Quant aux investissements directs à l’étranger (IDE) en Afrique, ils ont atteint 53 milliards de dollars US en 2015.

En outre, les responsables suédois ont discuté de la hausse des niveaux d’endettement en Afrique et de l’importance d’une mobilisation des ressources nationales des pays africains. Ils ont également tous indiqué que la Suède attachait une très grande importance aux énergies renouvelables, conformément aux Programme de développement mondial pour 2030 et à l’accord de la COP21. En dernier lieu, ils ont souligné la place accordée par la Suède à l’autonomisation des femmes. La Banque et le SIDA exploreront les collaborations possibles en matière de garanties.

Le président de la BAD a conclu ces réunions en annonçant que la Banque étudiera les moyens de renforcer sa coopération avec la Suède, et en particulier avec les entreprises suédoises, à travers divers instruments financiers tels que le cofinancement. Il a également présenté quelques-unes des initiatives de la Banque africaine, parmi lesquelles Africa50, Discrimination positive en matière de financement pour les femmes en Afrique (AFAWA) et Emplois pour les jeunes en Afrique, cette dernière initiative ayant été annoncée dans le cadre des Assemblées annuelles 2016 de la Banque à Lusaka, en Zambie.