12eme Forum ministériel de l’AGOA à Addis-Abeba Le président de la BAD plaide pour un accroissement des exportations africaines dans les chaînes de valeur mondiales

21/08/2013
Share |

 

« Que faut-il faire pour accroître les exportations africaines dans la chaîne de valeur mondiale ? ». Telle est la question posée par le Président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka aux délégués et aux ministres africains du commerce à l’occasion d’une réunion sur l’intégration régionale par la facilitation du commerce qu’il présidait dans le cadre du 12ème Forum de l’Africa Growth and Opportunity Act (AGOA) qui s’est tenu dans la capitale éthiopienne du 9 au 13 août 2013.

Le Président de la BAD a cité l’exemple de l’industrie éthiopienne de la chaussure qui compte plus d’une douzaine de grandes usines mécanisées fabricant quelque 10 000 paires par jour. A l’exception du cuir local, la plupart des intrants sont importés de l’extérieur de l’Afrique, malgré le potentiel de développement de ce continent en tant qu’acteur majeur de la chaîne de valeur mondiale des articles en cuir, et au vu des quantités non négligeables de matières premières qu’il possède. Donald Kaberuka a donc plaidé pour le développement de pôles industriels dotés des compétences nécessaires pour l’amélioration du secteur manufacturier en Afrique afin de mieux l’intégrer aux chaînes de valeur mondiales.

Les ministres africains du commerce ont réitéré leur appel en faveur de l’organisation d’autres Forums de l’AGOA au-delà de 2015. Ils ont également sollicité l’inclusion de dispositions visant à favoriser le commerce et les investissements intra-africains d’une part, et entre les Etats-Unis et l’Afrique d’autre part. L’AGOA donne accès au marché américain, en franchise de droits et sur une base non réciproque, à près de 6 800 lignes de produits provenant de 39 pays africains éligibles.

La question de la poursuite du programme de l’AGOA n’a pas été sans controverse à Washington, en raison notamment de l’accès de certains pays bénéficiaires au statut de pays à revenu intermédiaire. Côté africain, l’exclusion de divers produits agricoles tels que le sucre, les arachides, les produits laitiers et le tabac produits sur le continent à des prix compétitifs, a incité à une demande de l’accroissement du nombre de produits visés. Par ailleurs, selon certains participants, la perte du statut de bénéficiaire de l’AGOA par certains pays tel Madagascar, a gravement perturbé des chaînes de valeur prometteuses.

En marge du Forum, le Président du Groupe de la BAD a mené des discussions bilatérales avec l’ambassadeur américain accrédité en Ethiopie, M. Michael Froman. Les échanges ont porté sur la future collaboration de la Banque avec le gouvernement américain dans les domaines des infrastructures énergétiques, l’accès à la fourniture électrique, la facilitation du commerce et le développement logistique. Le Représentant Résident de la BAD en Ethiopie, Lamin Barrow et  la responsable de la division de de l’intégration régionale et du commerce de la Banque, Moono Mupotola, présents lors de l’entretien, ont confirmé que les deux parties travailleront ensemble à éliminer les goulets d’étranglement commerciaux auxquels sont confrontés les pays africains, l’AGOA pouvant devenir, en fin de compte, un puissant outil de transfert des investissements et des technologies des États-Unis vers l’Afrique, et pour l’amélioration des chaînes de valeur. Des progrès louables, susceptibles d’engendrer une chaîne de valeur régionale englobant les pays voisins, ont été accomplis dans le développement de l’industrie éthiopienne du cuir.

Des milliers de délégués, le directeur général adjoint du ministère sud-africain du commerce et de l’industrie, Xavier Carim, le secrétaire général du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), Sindiso Ngwenya, le commissaire au commerce de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Ahmed Hamid et le directeur général de la Lesotho National Development Corporation.Joshua Setipa étaient présents à cette rencontre de haut niveau.