La BAD affecte plus de 17 millions de dollars au Libéria pour la réforme de la gestion des finances publiques

22/12/2008
Share |

Tunis, le 22 décembre 2008 – La Banque africaine de développement (BAD) a approuvé un don de 12 millions d'unités de compte (UC*), soit l'équivalent de 17,86 millions de dollars, pour financer le Programme d’appui à la réforme de la gestion des finances publiques (PFMRSP) I.

Neuf millions d’UC sont affectés au programme sur les fonds provenant du Mécanisme en faveur des États fragiles (FEF) et 3 millions d’UC sous la forme d’une allocation provenant du compte d’excédents budgétaires de la BAD affectée à la riposte à la crise alimentaire en Afrique (AFCR). Les fonds seront surtout affectés à la réforme de la gestion des finances publiques, à la modernisation de la gestion des recettes et aux systèmes d’audit et de passation des marchés. Le don de l’AFCR appuiera la riposte des autorités à la crise alimentaire, à savoir la suspension de la taxe d’importation sur le riz et des droits de douane sur les intrants agricoles.

Le PFMRSP I approfondira ces réformes dans le but d’assurer l’efficacité du budget en améliorant son élaboration, son exécution, ainsi que les rapports et les audits en la matière. Surtout, elle vise à améliorer l’élaboration des politiques budgétaires, notamment en ce qui concerne l’élaboration et l’exécution du budget ; à renforcer les capacités pouvant permettre de générer des recettes fiscales durables, en réorganisant les directions des recettes fiscales et en mettant en œuvre un cadre budgétaire à moyen terme (CBMT); à rendre opérationnel le système de guichet unique au niveau des douanes ; à renforcer les dispositifs de passation de marchés et d’audit de l’administration ; et à appuyer les mesures prises par les autorités publiques pour limiter l’impact social de l’envolée des prix des denrées alimentaires.

Le PFMRSP I profitera directement au Ministère des Finances, en particulier aux structures de recouvrement des recettes, en permettant l’accélération des processus de réforme qui favoriseront la transparence et la responsabilité dans la gestion des ressources publiques. Grâce au maintien des subventions sur les intrants agricoles, les pauvres des zones rurales bénéficieront d’une plus grande disponibilité de denrées alimentaires. Par ailleurs, en attirant des devises, le programme conforte la stabilité macroéconomique, bénéficiant ainsi à la population dans son ensemble. À un niveau secondaire, le programme aura un effet bénéfique sur les populations libériennes grâce à l’amélioration de la qualité des services et à la promotion d’un environnement favorable à une croissance économique induite par le secteur privé au profit de l’ensemble de la population. Indirectement, l’amélioration de la transparence, de la responsabilité et le renforcement des mécanismes fiduciaires ont également le plus souvent des répercussions bénéfiques pour les membres les plus vulnérables de la société, notamment les femmes et les pauvres des zones rurales.

L’engagement de la Banque au Libéria depuis la fin de la guerre a porté essentiellement sur la fourniture d’appuis d’urgence pour le rétablissement des services publics qui ont connu une longue interruption, ainsi que l’instauration de la stabilité macroéconomique. À l’avenir, la BAD continuera d’aligner ses opérations sur les piliers de la Stratégie de réduction de la pauvreté en vue de « relancer l’activité économique » et « réhabiliter les infrastructures et assurer la prestation des services de base», là où la Banque peut mettre à profit son avantage comparatif pour réaliser un impact au Liberia. Cet engagement, conformément à la Stratégie d’assistance commune, met l’accent sur l’eau et l’assainissement, où la Banque assumera le premier rôle, et contribuera à instaurer une croissance favorable aux pauvres en promouvant les secteurs des ressources naturelles tout en veillant à ce que les retombées soient largement partagées et les coûts de production réduits.

La Banque africaine de développement a commencé ses opérations au Libéria en 1972. A ce jour, l'engagement total du Groupe dans le pays s'élève à 143 million de dollars américains pour 19 opérations.

*1 UC (unité de compte) =  1,48797dollars au 22/12/2008

Yolanda Nunes Correia – Tél: +216 71 10 31 58 –  y.nunes-correia@afdb.org


Contact

Yolanda Nunes Correia Téléphone: +216 71 10 31 58