Quatre villes éthiopiennes bénéficieront d’une couverture totale en eau potable et en assainissement d’ici à 2020

20/01/2016
Share |

Quatre villes éthiopiennes bénéficieront d’une couverture totale en eau potable et en assainissement d’ici à 2020, grâce à un nouveau prêt de la Banque africaine de développement (BAD).

Le prêt d’un montant de 76,11 millions USD, approuvé par le conseil d’administration de l’institution, mercredi 13 janvier 2016 à Abidjan, permettra d’améliorer les conditions de vie de près d’un million de personnes dans les villes d’Adama, d’Adwa, de Bichena et de Gode, ainsi que dans les villages avoisinants.

« Le projet permettra d’atteindre une couverture de 100 % en termes d’approvisionnement en eau potable et d’accès à l’assainissement », indique Mohamed El Azizi, directeur de l’Eau et de l’assainissement à la BAD.

Avec un taux d’accès moyen de 53 % pour l’alimentation en eau et de 76 % pour l’assainissement, ces quatre villes sont bien derrière la moyenne nationale (84,5% pour l’alimentation en eau), certaines affichant même un taux d’accès de moins de 7 %.

Le programme contribuera à améliorer la santé et le développement socioéconomique des populations des quatre villes bénéficiaires, en élargissant l’accès à des services durables d’alimentation en eau et d’assainissement, et en améliorant la qualité de la prestation des services.

Toutes les villes bénéficiaires sont des centres de croissance, avec un fort potentiel dans des secteurs comme l’industrie textile, l’élevage et le tourisme. Le projet aura ainsi un impact considérable sur leur développement économique et sur la libération du potentiel de participation du secteur privé au développement de ces villes (635 000 habitants) et de leur zone d’influence (227 000 habitants).

Le programme apportera une contribution décisive à l’autonomisation des femmes. Dans ces villes, les femmes et les enfants, en particulier les filles, sont les principales personnes chargées de la corvée de l’eau, spécialement en cas de pénurie. En outre, en raison de l’utilisation courante de l’eau non traitée et impropre à l’usage ménager, les maladies d’origine hydrique figurent parmi les cinq principales maladies dans ces zones. Les femmes pâtissent de façon disproportionnée de cette situation, car elles doivent supporter la charge de fourniture de soins aux membres du ménage malades. Un meilleur approvisionnement en eau permettra aussi aux centres de santé d’offrir des services de meilleure qualité, particulièrement dans les pavillons de maternité.

Par ailleurs, la disponibilité de l’eau devrait se traduire par des possibilités d’emploi accrues pour les femmes, grâce à l’augmentation des investissements dans l’industrie, comme dans le cas de l’usine textile Almeda d’Adwa, qui emploie une grande proportion de femmes.

L’Éthiopie s’est résolument engagée à assurer une couverture universelle des services d’alimentation en eau et d’assainissement fournis à ses citoyens d’ici à 2020. L’eau constitue ainsi un des secteurs prioritaires permettant de réaliser une croissance économique inclusive, accélérée et soutenue, et d’éradiquer la pauvreté.

Le coût total du projet est de 114 millions USD, cofinancé à hauteur de 67 % par la BAD et de 33 % par le gouvernement éthiopien.