La BAD octroie un don d’un million de dollars à Madagascar en financement de la remise en état des infrastructures sociales

29/08/2012
Share |

Le Groupe de la Banque africaine de développement, les opérations de l’UNICEF et le gouvernement de Madagascar ont signé, 23 août 2012, à Brickaville (environ 250 km à l’est d’Antananarivo) un protocole d’accord de don d’un million de dollars, en financement de la remise en état des infrastructures sociales dans le pays.

Ont co-signé le protocole d’accord, le ministre malgache des finances et du budget,  Hery Rajaonarimampianina, le représentant résidant de la BAD à Madagascar, Abdelkrim Bendjebbour, et le chef des opérations de l’UNICEF à Madagascar, Ali-Salad Sabrie. La cérémonie s’est déroulée en présence des ministres en charge de la santé publique, de l’éducation nationale et de la population, ainsi que des populations locales, suivie d’une visite d’un échantillon des infrastructures sociales endommagées par les deux cyclones dans la ville de Brickaville.

Ce don d’aide humanitaire d’urgence, constitue une réponse de la BAD aux dégâts causés par les cyclones Giovanna et Irina, dans le pays. Il a essentiellement pour objectif de financer la reconstruction de 34 salles de classes et de 3 centres de santé de base, équipés de latrines et de points d’eau. L’opération sera mise en œuvre en collaboration étroite avec l’UNICEF, l’OMS, les services du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes, le ministère de la santé ainsi que le ministère de l’éducation nationale.

Ce financement, indique-t-on, porte ainsi à quatre le nombre des aides d’urgence accordées par le Groupe de la Banque africaine de développement à Madagascar. Les trois précédentes interventions sont relatives au don au titre de l’aide aux victimes des inondations causées dans le secteur agricole par le cyclone Fanélé en juin 2009 ; à celui octroyé au titre de l’aide aux victimes des dégâts causés dans le secteur des transports par le cyclone Bingiza en septembre 2011 ; et récemment, à celui octroyé pour faire face aux épidémies de poliomyélite, de peste et de rage qui menaçaient plus de 10 millions d’enfants malgaches à travers la Grande Ile.