Seychelles : la BAD octroie 22 millions de dollars EU, en financement du projet d’alimentation en eau de Mahe

10/06/2015
Share |

Le Gouvernement des  Seychelles a reçu un prêt d’environ 20,6 millions de dollars EU, et un don de 1,668 millions de dollars EU, de la Banque africaine de développement (BAD), pour financer une partie du projet d'amélioration durable de l'alimentation en eau de Mahe. Les accords ont été signés le 27 mai 215, en marge des 50es Assemblées annuelles de la BAD qui se sont tenues à Abidjan en Côte d’Ivoire.

En signant ces accords, le ministre des finances, du commerce et de l’économie bleue des Seychelles, Jean-Paul Adam, a exprimé sa gratitude à l’institution pour le soutien significatif qu'elle apporte à la stratégie de développement à moyen terme 2013-2017 de son pays, ainsi que dans l'accomplissement des objectifs fixés par le plan de mise en valeur des ressources en eau 2008-2030 appuyé par la Facilité africaine de l'eau (FAE).

«A l’achèvement du projet, il contribuera au renforcement de l'économie des Seychelles en offrant une alimentation en eau potable à prix abordable, essentielle pour soutenir le tourisme, principale activité et moteur de l’économie du pays ; ainsi que d'autres secteurs manufacturiers (pêche et boissons) », a déclaré Adam.

Le vice-président de la BAD chargé de l'Agriculture, de l'eau, du développement humain, de la gouvernance et des ressources naturelles, Aly Abou-Sabaa, a également souligné la pertinence du projet dans le développement économique des Seychelles. « La Banque continuera à travailler en étroite collaboration avec votre gouvernement dans ses efforts visant le renforcement de la santé économique et le bien-être social des Seychellois », dira-t-il. «Nous comptons également sur l'appui constant des Seychelles pour une mise en œuvre efficace de ce projet important.»

Les objectifs du projet comprennent l'élévation de six (6) mètres du niveau d'eau du barrage de La Gogue ; la construction d'une nouvelle station de traitement d'eau en aval du barrage ; le renforcement des capacités de la Public Utilities Corporation (entreprise publique chargée de l'approvisionnement en eau et en électricité) pour exécuter le projet, à travers le recrutement d’assistants techniques, pour les travaux de génie civil, au niveau du barrage et la gestion du projet ; et l'engagement d'une société de conseils et de supervision du projet. En vue de la préparation de stratégies futures, une étude du potentiel des ressources en eau souterraine et des sites de stockage de petite/moyenne envergure sur les îles de Mahe, Praslin et de La Digue, sera menée dans le cadre de ce projet.

« Ce financement s'inscrit donc dans la logique des engagements antérieurs entre les Seychelles et la Banque dans le secteur », a indiqué Abou-Sabaa. «En tant que petit État insulaire en développement, les Seychelles sont extrêmement vulnérables à la variabilité des précipitations. Le projet contribuera au développement d'une société résiliente et d'une fondation économique solide ».