La BAD publie un rapport sur les modèles des DCFM sur le continent

24/05/2012
Share |


Le continent africain compte 54 pays. Du fait de ce nombre, il n’est pas aisé de documenter les modes des dépenses de consommation finale des ménages en Afrique. Un nouveau rapport de la Banque africaine de développement (BAD) vient combler ce vide.

Le rapport a été publié par le département de l’économiste en chef, sous le titre “A Comparison of Real Household Consumption, Expenditures and Price Levels in Africa.” (Comparaison des dépenses de consommation finale des ménages en Afrique )

Sur la base du rand sud-africain (ZAR) comme monnaie de référence, l’étude a trouvé que sur les pays couverts, 11 ont un niveau de dépenses de consommation monétaire par ménage supérieur à 15.000 rands, soit 1.800 dollars EU. Dix neuf ont un niveau de dépenses de consommation monétaire compris entre 5.000 rands et 15.000 rands, et 21 on un niveau inférieur à 5.000 rands.

L’Algérie, l’Egypte et l’Afrique du Sud viennent en tête du peloton. Au bas du tableau, avec un niveau inférieur à 5.000, se trouvent plusieurs pays ayant récemment subi des troubles civils ou un conflit armé.

Les prix diffèrent considérablement d’un pays africain à l’autre. Les pays insulaires ont tendance à avoir les prix les plus élevés. Le Cap-Vert, les Comores, les Seychelles, ainsi que le Gabon et le Congo, ont des prix supérieurs de 40 ou plus à la moyenne africaine.

En revanche, les prix en Gambie, au Kenya, en Ethiopie et en Tanzanie sont de près de 20 pour cent inférieurs à la moyenne du continent.

Les dépenses sur les produits de base comme les produits alimentaires diffèrent dans de grandes proportions. Les dépenses d’alimentation au Botswana, à Maurice, au Swaziland et aux Seychelles sont plus que le triple de la moyenne africaine.  A l’autre bout de l’échelle, les dépenses d’alimentation sont inférieures à la moitié de la moyenne dans 13 pays africains, et atteignent des niveaux particulièrement bas au Burundi, en République démocratique du Congo, au Liberia et au Niger.

Le rapport contient les mises à jour des données pour l’année 2009. Une deuxième mise à jour pour 2010 est en cours. Les résultats seront publiés dans le courant de l’année.