La BAD dévoile les premiers résultats du Programme de comparaison internationale pour l’Afrique

14/05/2007
Share |

Niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains

Shanghai, Chine, 13 mai 2007 – La Banque africaine de développement (BAD) vient de publier les premiers résultats de comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains. Les résultats visent à fournir des données importantes comparables dans le temps et à travers les pays pour pouvoir donner des réponses appropriées aux questions telles que: « Qu’en est-il des niveaux de vie dans les pays africains ? Les Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations unies sont-ils en train d’être atteints ? » Telles sont les questions que les chercheurs, les gouvernements, les organismes et des agences internationales sont souvent appelés à résoudre.

La montée de la mondialisation et de l’intégration économique marque l’importance du Programme International de Comparaison (PIC) comme outil fiable permettant de mieux mesurer et faire des comparaisons réalistes des performances et du développements à l’échelle mondiale et régionale.

Le Projet de comparaison internationale des Nations Unies a été lancé en 1968, dans le but d’effectuer des comparaisons mondiales. Ces comparaisons étaient faites tous les cinq ans à partir de 1970. Au début, 10 pays, dont un africain, participèrent au projet. En 1993, le programme comptait 118 pays dont 22 en Afrique.

Le PCI est un programme mondial animé par 140 pays participants dont 48 pays africains. Le programme vise à fournir de bases fiables de comparaison des dépenses du PIB par habitant entre les pays en utilisant les parités des pouvoirs d’achat (PPA). Il permet de comparer des valeurs réelles de la production de chaque pays en utilisant une période de référence et en éliminant des distorsions liées aux niveaux des prix et aux taux de change.

La Banque africaine de développement s’occupe de la gestion de la composante africaine du programme mondial – PCI-Afrique. « C’est la première fois, depuis le lancement du PCI il y a environ 40 ans, qu’une institution africaine coordonne la mise en œuvre des activités du PCI dans la région ; les travaux antérieurs sur l’Afrique ayant été menés par Eurostat», a déclaré l’économiste en chef de la Bad, Louis Kasekende, dans la préface de la publication.

Dans son rôle de coordinateur du programme, la BAD est appuyée par quatre organisations sous-régionales (AFRISTAT, COMESA, CEDEAO et SADC) pour l’aider à superviser les activités administratives et à contribuer à la coordination de quelques activités de terrain dans leurs sous-régions respectives. L’Office pour les statistiques nationales du Royaume-Uni (ONS-UK) et l’INSEE-France ont apporté une assistance technique à la demande et en conformité avec les exigences techniques de la BAD.

Le programme pour l’Afrique a été lancé en 2002 par la Banque africaine de développement avec pour objectif de générer des données détaillées et comparables pour mesurer les revenus réels ainsi que les niveaux des prix dans les pays africains. Les données relatives aux dépenses par rapport au PIB étaient compilées au cours de la même période pour générer des informations sur la parité de pouvoir d’achat (PPA), les dépenses ajustées au PIB réel ainsi que les indices sur le niveau des prix  pour les 48 pays participants.

Ce rapport, préparé par le département de statistiques du Groupe de la Banque, est la première de deux publications à réaliser cette année. Le deuxième rapport sera publié en décembre 2007 et aura des informations détaillées sur les revenus et les niveaux de prix dans les pays africains participants.

Les résultats du PCI sont utiles pour la gestion des politiques et la prise de décision aux niveaux national et international. En plus de leur utilisation dans la comparaison inter-pays des PIB et de leurs principaux agrégats, ces résultats sont utiles dans l’analyse comparative de la pauvreté et de son incidence tant au niveau régional qu’entre pays et régions d’un même pays. Le seuil de pauvreté de 1$ dollar américain par jour déflaté par les parités de pouvoir d’achat est aussi utilisé pour mesurer la pauvreté.

En outre, les informations du PCI peuvent faciliter le processus d’harmonisation des politiques économiques à travers les pays et favorisent ainsi l’intégration régionale. Les données du PCI peuvent également être utilisées pour évaluer l’avantage compétitif d’un pays et faciliter ainsi les prises de décision sur les choix d’investissement et de commerce. Les résultats sur les différentiels de salaires et les coûts de production en général peuvent être utilisés pour décider du choix des investissements.

Le rapport souligne: « Compte tenu de l’importance des données du PCI pour la gestion des politiques de développement, il est impératif que la banque et les pays africains soutiennent les activités du programme au-delà de la présente phase. En particulier, il serait indispensable pour les pays d’intégrer les activités du PCI dans leurs activités régulières et de leur allouer les ressources nécessaires. La communauté internationale devrait, par ailleurs, s’assurer que les efforts des pays soient convenablement soutenus en vue de maintenir la crédibilité du processus et des résultats. »