La BAD développe ses obligations vertes : nouveaux projets, principes et produits

03/07/2014
Share |

La croissance verte est un objectif institutionnel prioritaire que la Banque cherche à réaliser en finançant des projets éligibles d’atténuation et d'adaptation aux effets du changement climatique. Les obligations vertes de la Banque, notées Aaa/AAA/AAA, participent à la réalisation de cet objectif.

Les recettes de la vente des obligations vertes de la BAD sont affectées à un sous-portefeuille au sein du  portefeuille des liquidités du département de la Trésorerie jusqu'au moment de leur décaissement au profit de projets dits « verts » éligibles. À ce jour, l’encours des obligations vertes (y compris les obligations uridashi vendues aux investisseurs japonais) s’élèvent à 993 millions de dollars EU pour une réserve de projets éligibles d’un montant total de 1,6 milliard de dollars EU. Parmi les projets éligibles d'atténuation et d'adaptation aux effets du changement climatique, l’on peut citer : la production d’électricité à partir d'énergies renouvelables, l'efficacité énergétique ; l'efficacité énergétique des véhicules, la modernisation du parc automobile ou le changement des modes de transport urbain ; la conservation de la biosphère ; la gestion des déchets solides ; les émissions fugitives et la séquestration du carbone ; le développement urbain ; l’approvisionnement en eau et l’accès à l’eau ; le transport à faible émission de carbone.

Un ensemble de directives spécifiques  a été élaboré pour le portefeuille d'obligations vertes de la Banque, et figurent dans le Cadre des obligations vertes de la Banque. Ainsi, les projets doivent remplir les critères ci-après :

  • être éligibles au financement de la Banque africaine de développement uniquement (à l’exclusion des projets éligibles au financement du Fonds africain de développementLe Fonds africain de développement (FAD) et du Fonds spécial du Nigéria) ;
  • bénéficier d’un financement de la Banque qui peut être considéré dans sa totalité comme un moyen de promotion du développement à faible émission de carbone ou résilient au changement climatique (à l’exclusion des projets pour lesquels le financement de la Banque peut être partiellement considéré comme un moyen de promotion du développement à faible émission de carbone ou résilient au changement climatique) ;
  • conduire à des réductions importantes d’émissions de gaz à effet de serre pendant toute la durée de l'actif.

A juin 2014, 13 projets exécutés dans sept pays étaient éligibles pour bénéficier de financement au titre du programme des obligations vertes.

Evènements récents

Le projet Xina Solar One (100 millions de dollars EU) en Afrique du Sud a été jugé éligible au programme des obligations vertes. 

En juin 2014, la BAD a décidé d'adhérer aux « principes sur les obligations vertes », un ensemble de lignes directrices qui recommandent la transparence et la diffusion des informations. Ces principes encouragent l’intégrité du marché en développement des obligations en clarifiant l'approche pour l’émission des obligations. Un groupe d'institutions financières internationales ont lancé les Principes sur les obligations vertes, et des émetteurs, investisseurs et groupes environnementaux ont donné les orientations pour les élaborer.

Dans le cadre de son engagement à rendre régulièrement compte de l’utilisation des produits de la vente des obligations et ce, conformément aux Principes et au Cadre des obligations vertes de la Banque, le département de la trésorerie de la Banque a publié, en mai, le premier numéro du bulletin d’information sur les obligations vertes à l’intention des investisseurs.