La BAD prête à débloquer des aides d’urgence pour la Tunisie

14/02/2011
Share |

Tunis , le 14 février 2011 – Le président de la Banque africaine de développement (BAD),  Donald Kaberuka, a déclaré que la Banque est prête à déployer les ressources nécessaires pour aider le gouvernement de transition et le peuple tunisien en l’accompagnant dans les réformes prioritaires. Lors de la conférence de presse qu’il a animé après avoir rencontré, le Premier Ministre, Mohamed Ghannouchi, Donald Kaberuka a affirmé sa volonté de renforcer le partenariat historique de la Banque avec la Tunisie dans cette période de pression économique et sociale. Il a exprimé au Premier Ministre la disponibilité de la Banque à soutenir les efforts du gouvernement de transition en ce moment critique de l’histoire de la Tunisie.» La Banque, flexible, est prête à adapter son action  aux besoins de la Tunisie nouvelle.

Donald Kaberuka a rappelé que, dès la mise en place  du nouveau gouvernement de transition,  la BAD avait pris contact avec les autorités tunisiennes pour exprimer sa disponibilité à déployer ses ressources économiques, humaines et techniques  pour soutenir la Tunisie. Ce pays est le 2e client de la Banque avec un montant total d’opérations d’environ  10  milliards de dinars depuis 1968. C’est aussi à Tunis que la Banque a son siège de relocalisation temporaire depuis 2003 et  plus de 1600 employés y travaillent.

Le président de la BAD a exprimé sa confiance dans la reprise de l’économie du pays. Selon lui, « la Tunisie a des réserves de changes brutes  représentant 5 mois d’importations, une dette extérieure représentant 46% du PIB et le pays jouit de la confiance des marchés et institutions financières internationales.» Mais les autorités tunisiennes doivent faire face à un ralentissement économique, aux urgences d’une pression budgétaire et à des attentes sociales de plus en plus importantes comme le chômage des jeunes. Le Premier Ministre et le président de la BAD ont discuté des appuis les plus appropriés de la Banque dans des secteurs prioritaires.

Elle envisage d’appuyer la Tunisie dans les domaines suivants : l’emploi et surtout l’emploi des jeunes, le soutien aux populations les plus pauvres dans les régions les plus défavorisées du pays, notamment par les projets d’infrastructure d’envergure actuels et à venir. Le président de la Bad a insisté sur l’aide  possible de Banque pour récupérer les biens et avoir spoliés par l’ancien régime. Il a aussi parlé du renforcement de la gouvernance au niveau institutionnel indispensable pour mener le pays vers la démocratie qui pourrait se concrétiser par exemple par la création d’une justice indépendante.  Les soutiens de la Banque à la Tunisie d’aujourd’hui pourraient prendre la forme d’appui budgétaire direct à décaissement rapide, de prêts, ou de garanties et d’assistance technique.

Selon Donald Kaberuka, « la confiance de la Banque dans la Tunisie reste intacte ». « Nous sommes persuadés que le pays pourra s’en sortir avec l’appui de ses partenaires » a –t-il enfin ajouté.