La Banque africaine de développement signe un accord de prêt avec la Banque de la ZEP

15/05/2008
Share |

Maputo, le 15 mai 2008 – M. Mandla S. Gantsho, le vice-président chargé de la Banque africaine de développement chargé de l'infrastructure, du secteur privé et de l'intégration régionale, et M. Michael Gondwe, président de la Banque de la ZEP, ont signé aujourd'hui une ligne de crédit d'un montant de 50 millions de dollars EU et une participation de 6,8 millions de dollars au capital libéré et de 40,8 millions de dollars EU au capital appelable pour soutenir la Banque de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique australe pour le commerce et le développement, connue plus couramment sous le nom de banque de la ZEP. En outre, un don d'un million de dollars EU est accordé par le Fonds assistance au secteur privé en Afrique (FAPA) géré par la BAD, un fonds spécial créé à l'aide de contributions provenant du gouvernement du Japon.

La banque de la ZEP est une institution sous régionale de financement du développement (DFI), dont la principale activité est de fournir des services financiers axés sur le développement aux clients dans ses États membres (y compris pour le financement du commerce et des projets). Elle accorde une assistance financière et technique aux projets financièrement viables et économiquement sains. Elle finance aussi bien les membres du COMESA que les États n'appartenant pas à cette sous-région, ainsi que des projets visant à contribuer à la complémentarité des économies des  États membres.

La ligne de crédit servira à financer les sous-projets dans des secteurs productifs, notamment les mines, le secteur manufacturier, l’agro-industrie, la floriculture, le tourisme et le secteur des services qui soutiennent les secteurs productifs. Cet appui financier global renforcera les capacités de la banque de la ZEP, lui permettant ainsi d'étendre ses opérations de développement dans la sous-région. En outre, cet appui sera orienté vers des projets à impact élevé qui stimulent l'emploi, les recettes en devises, le transfert de technologie et l'acquisition de compétences techniques.

Le Vice-président Gantsho a souligné l'engagement de la BAD à soutenir les institutions grâce à une assistance globale comme le montage financier actuel en faveur de Banque de la ZEP. Le vice-président a formulé l’espoir  que l'appui de la Banque contribuera au renforcement du montage financier actuel en faveur de la banque de la ZEP et au renforcement de l'impact de ses opérations dans la région COMESA.

Le projet est conforme à la stratégie révisée de la BAD dans le secteur privé, pour le transfert de technologies et l'acquisition de compétences techniques, qui met l'accent sur le développement des PME en utilisant les intermédiaires financiers comme partenaires au développement. Il s'inscrit également dans la politique du Groupe de la Banque en matière de coopération économique régionale et dans les objectifs du NEPAD pour l'intégration régionale et l'appui au secteur privé.

Marquant sa profonde appréciation de l'appui continu de la BAD, M. Gondwe, président de la banque de la ZEP, a déclaré que le nouvel appui « renforce sensiblement la capacité de la Bad à jouer un rôle de premier plan dans le développement de ses États membres, dans la mesure où elle apporte un supplément aux ressources existantes de la banque de la ZEP, en offrant à la Banque de la ZEP la possibilité d'accéder à des fonds compétitifs aussi bien sur les marchés locaux que sur les marchés internationaux et en lui permettant de se doter des capacités suffisantes pour accomplir son mandat ».

M. Tetsuya Utamura, administrateur de la Banque pour le Japon, a souligné le rôle du secteur privé dans le développement de l'Afrique et la contribution du Japon à la stimulation d’une croissance économique rapide tirée par le secteur privé, qui est essentielle à la création de conditions nécessaires à l'allégement de la pauvreté.

La première ligne de crédit a financé 18 sous-projets ; environ 67 % des lignes de crédit ont servi à financer des projets  orientés vers l’exportation, dont la plupart sont efficacement opérationnels aujourd'hui.