La BAD signe un accord de prêt de 150 millions de dollars avec l’entreprise pétrolière tunisienne ETAP

09/07/2010
Share |

Tunis, le 8 juillet 2010 - La Banque africaine de développement (BAD) et la société pétrolière d'État de Tunisie, (ETAP), ont signé à Tunis, le jeudi 8 juillet 2010, un accord de prêt de 150 millions de dollars EU, pour financer le plan d'investissement 2009-2010 de la société, ainsi que le projet de développement du champ pétrolier et gazier Hasdrubal.

L’accord a été signé entre les deux parties, pour la BAD, par le directeur des opérations du secteur privé, Tim Turner, et pour la société ETAP, par son président-directeur général,  Khaled Becheikh.

Le projet Hasdrubal porte sur la construction d'un système de production autonome de gaz, de condensats et de pétrole,  dans le golfe de Gabès, à environ 100 km des côtes. Il comprend six puits horizontaux de production offshore, une plate-forme de production offshore, une centrale de transformation onshore pour la production de gaz naturel et de pétrole liquéfié, un pipeline de gaz offshore, et un pipeline terrestre pour rejoindre le réseau de la société nationale d’électricité et de gaz (STEG).

Le projet est mis en œuvre en vertu d'une co-entreprise à 50/50 de British Gas Tunisia Limited (BGT) et ETAP. La BGT, filiale tunisienne du groupe British Gas - le leader mondial dans le secteur de l'énergie - est le plus grand qui produit du gaz en Tunisie, et fournit environ 50% de la demande domestique à partir du champ de Miskar.

La mise en œuvre de cette entreprise est le reflet de la collaboration à long terme entre la BAD et ETAP. En effet, l'engagement de la BAD au projet Hasdrubal a résisté aux turbulences importantes intervenues sur les marchés internationaux et à la baisse des prix du pétrole en 2008.

Le projet Hasdrubal est conforme à la stratégie énergétique nationale tunisienne inscrite dans le onzième Plan de développement national durable 2007-2011. Il est également aligné sur le deuxième pilier du document de stratégie pays (DSP) de la Banque envers la Tunisie pour la période 2007-2011, qui comprend la satisfaction de la demande nationale croissante en énergie. Contribuant à produire une énergie plus propre (en remplaçant les hydrocarbures par le gaz naturel), le projet est également conforme au Cadre d'investissement en énergie propre adopté par la Banque africaine de développement en 2008.

Avec un taux de rentabilité économique estimé à 19%, le projet est d'une importance stratégique pour la Tunisie, car il renforce la sécurité énergétique du pays et génère des revenus supplémentaires pour le gouvernement sous forme de redevances, de dividendes et d’impôts, contribuant ainsi aux efforts entrepris pour améliorer la balance des paiements du pays.