L’appui de la BAD à la PME Advans Cameroun

26/09/2014
Share |

Renforcer la croissance inclusive et la création d’emploi en Afrique

Le Conseil des gouverneurs du Groupe de la banque africaine de développement (BAD), par l’intermédiaire de son guichet secteur privé, a approuvé l’octroi à Advans Cameroun d’une ligne de crédit qui représente l’équivalent d’un million d’euros en francs CFA.

Fondée en 2007 au Cameroun, l’institution de microfinance (IMF), Advans Cameroun, marque un intérêt croissant aux PME en raison de leur potentiel de marché. À la fin de l’année 2013, la clientèle d’Advans Cameroun comptait 38 000 entrepreneurs et emprunteurs individuels (hommes et femmes).

La ligne de crédit (LC) de la BAD permettra de financer des sous-projets de PME qui sont très diversifiés et couvrent tous les secteurs économiques : construction, télécommunications, hôtellerie, agro-industrie, et autres. Les fonds seront utilisés à différentes fins, notamment l’acquisition d’immobilisations, le financement des stocks et des projets, l’obtention de prêts à terme et de prêts commerciaux, etc. Parmi ces derniers, deux tiers seront réservés aux crédits d’investissement (à long terme). La LC de la BAD devrait également aider Advans à prolonger la durée de ses crédits d’investissement. Le portefeuille des PME devrait s’étoffer de 200 nouveaux prêts au cours de l’année 2014, pour une valeur totale d’environ 2,4 millions de dollars US. Ce prêt de la BAD relèvera le niveau des prêts accordés aux PME pour la période 2015-2016 et au-delà. Il aidera également Advans à s’engager dans de nouveaux secteurs, tels que les activités des PME liées à l’agriculture rurale, qui manquent actuellement de financements. Cette initiative permettra de combler un fossé important dans le financement des PME au Cameroun. Les premières estimations indiquent que la LC contribuera à la croissance des activités des PME permettant ainsi la création de 250 à 500 emplois.

Advans Cameroun a été sélectionnée dans le cadre du programme de la BAD dédié aux petites et moyennes entreprises dans le but d’accroître ses activités de financement des PME et de fournir à moyen et long terme des possibilités de financement aux PME locales du Cameroun.

Approuvé en juillet 2013 par le Conseil d’administration de la BAD, le programme dédié aux petites et moyennes entreprises en Afrique s’étale sur quatre ans. Ce programme de financement d’un montant de 125 millions de dollars US est complété par une série de mesures d’assistance technique de 3,98 millions de dollars US du Fonds d’assistance au secteur privé africain (FAPA), qui vise à soutenir les micro, petites et moyennes entreprises (MPME) en Afrique. Le programme dédié aux PME fournira un financement à plus long terme et des mesures d’assistance technique nécessaires pour répondre à certaines difficultés auxquelles sont confrontées les 25 institutions financières du programme ainsi que les PME qui composent leur clientèle à travers l’Afrique. Tout au long de son processus de sélection en cours, le programme PME permettra à des milliers de PME – dont certaines dirigées par des femmes et des jeunes – d’accéder à d’importantes ressources sur le long terme, favorisant ainsi la création d’emplois, la réduction de la pauvreté et la croissance inclusive sur le continent.

À propos du Fonds d’assistance au secteur privé en Afrique

Le Fonds d’assistance au secteur privé africain (FAPA) est un fonds fiduciaire thématique et multidonateurs qui accorde des subventions pour l’assistance technique et le renforcement des capacités, en vue de soutenir la mise en œuvre de la stratégie de la BAD pour le développement du secteur privé. Le gouvernement japonais, la Banque africaine de développement, la Banque autrichienne de développement et le gouvernement autrichien sont les contributeurs de ce fonds qui a accordé, à ce jour, 42 millions de dollars US à 47 projets répartis sur le continent africain. Le portefeuille du FAPA comprend des projets régionaux et nationaux portant sur des domaines tels que l’amélioration de l’environnement des affaires, l’intermédiation financière, les infrastructures, le commerce, ainsi que les micro, petites et moyennes entreprises.