La BAD organise le premier Week-end de l’innovation technologique en Côte d’Ivoire

15/10/2015
Share |

La Banque africaine de développement (BAD) a organisé un Week-end de l’innovation à son siège d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, du 9 au 11 octobre. L’objectif était de trouver des solutions basées sur les technologies utilisées en Afrique de l’Ouest en vue d’améliorer la qualité de vie des femmes et des jeunes.

«Nous voulons que de grandes idées donnent des résultats significatifs, ce qui implique une importante prise de risques », a déclaré Akinwumi Adesina, le président de la BAD, dans un message adressé aux participants. «Toutefois, les idées qui ne bénéficient pas d’un appui financier finissent aux oubliettes. À la Banque africaine de développement, nous voulons trouver des façons de créer des fonds d’accélération pour faire éclore ces idées», a t-il déclaré.

L’un des intervenants, Freddy Tchala, directeur général de MTN Côte d’Ivoire, a souligné la nécessité de créer une plateforme technologique en Afrique francophone, qu’il a surnommée «Abidjan Valley».

Plus de 1200 aspirants originaires de toute l’Afrique de l’Ouest se sont inscrits en ligne pour obtenir les 160 places disponibles. Afin d’accueillir les personnes n’ayant pas pu y participer, un second Week-end de l’innovation technologique a été programmé pour la fin du premier trimestre de 2016. Cet événement inaugural de la BAD a rassemblé de jeunes entrepreneurs issus des communautés de développement et des technologies : des développeurs d’applications, des étudiants et des universitaires venant du Niger, du Burkina Faso, du Mali, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de Guinée, du Togo et du Sénégal.

L’événement de trois jours a mis l’accent sur deux principaux thèmes de l’innovation technologique en Afrique de l’Ouest: l’inclusion financière et le développement des compétences des femmes et des jeunes afin qu’ils soient en mesure de répondre aux besoins de la région à travers l’expansion de la finance moderne et la création d’emplois. Près de 60 % des chômeurs en Afrique subsaharienne sont âgés de 15 à 24 ans, 72% vivent avec moins de deux (2) dollars par jour et la majorité d’entre eux sont de jeunes femmes. Selon l’Association Groupe Spécial Mobile (GSMA), un organisme qui représente les opérateurs de téléphonie mobile, la technologie mobile-qui se développe rapidement dans la région-offre d’énormes possibilités pour la création de 6,6 millions d’emplois au cours des cinq prochaines années.

Lors de cette manifestation, un concours de 72 heures non-stop s’est tenu afin d’inciter les participants à transformer leurs idées en innovations technologiques éminentes susceptibles de dynamiser la croissance de l’Afrique. Les participants ont d’abord pris part à un atelier de réflexion sur le design organisé par Dahlberg Global Advisers. Ils ont appris à formuler leurs idées en bénéficiant d’un contact avec des mentors, parmi lesquels se trouvaient les meilleurs experts africains en technologie.

«PayFree», une plateforme multiplexe de paiement; «La Ruche», un marché permettant aux artisans de vendre leurs produits ; «Coliba», une plateforme mobile de gestion des déchets urbains ; et «BioPRO», une action visant à aider les personnes vivant en milieu rural à avoir accès à l’énergie et à l’électricité, en sont sortis vainqueurs. Les représentants de ces sociétés recevront une bourse de la BAD pour une affectation chez «Ampion», une initiative panafricaine d’entrepreneuriat dans le domaine des TIC. Ampion portera ces projets plus avant pour les transformer en entreprises rentables, tandis qu’Orange les finalisera et aidera les innovateurs à trouver des investisseurs.

«La BAD s’engage dans des projets sur l’ensemble de la chaîne de valeur de l’innovation : des idées jusqu’au démarrage de l’activité, de l’incubation jusqu’à l’investissement final», a déclaré Ralph Olaye de la BAD, président du jury.

Un deuxième et un troisième groupe d’innovation technologique ont reçu des souscriptions à Facebook Start, un ensemble de services de conseils destinés aux startups du réseau mobile. Elles comprennent des activités de mentorat offertes par les meilleurs experts en technologie de Silicon Valley et les groupes bénéficient aussi d’une séance de coaching gratuite de la part de Google LaunchPad. 

«Nous voulons récupérer l’héritage de l’innovation propre à l’Afrique de l’Ouest, tel que celui de Tombouctou, qui a été à une époque le plus important centre d’apprentissage au monde», a déclaré Geraldine Fraser-Moleketi, l’envoyée spéciale de la BAD pour les questions de genre.

La BAD a aussi contribué à l’événement de promotion de l’innovation technologique au sein même de la Banque: celle-ci était axée sur la découverte de nouvelles façons de collaborer avec les décideurs politiques, le secteur privé, les entrepreneurs, les universitaires et la société civile dans le but de développer, de déployer et de diffuser la technologie en Afrique. Parmi les partenaires de la BAD présents à cette rencontre, figuraient les représentants de Google, de l’Union internationale des télécommunications, de Facebook et de Women Techmakers, entre autres.

Pour en savoir plus sur le Week-end de l’innovation technologique de la BAD :

Twiter: #AfDBIWE15   

Photos : https://www.flickr.com/photos/afdbgroup/

Facebook : https://www.facebook.com/events/1176847175664206/