La BAD renforce sa présence au Zimbabwe

22/07/2010
Share |

Tunis, le 21 juillet 2010 – Les Conseils d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) ont approuvé, le 21 juillet 2010 à Tunis, une proposition visant à renforcer la présence de la Banque au Zimbabwe en y ouvrant un bureau national.

La présence renforcée de la BAD au Zimbabwe améliorera considérablement sa capacité à jouer un rôle de premier plan dans le dialogue collectif au Zimbabwe. Elle facilitera également les conseils ainsi que l’appui que la Banque pourra fournir au gouvernement d’union. Le Zimbabwe pourra ainsi continuer sur la voie des réformes et du réengagement avec la communauté internationale. Cette présence accrue s’inscrit par ailleurs dans le cadre de la politique de décentralisation de la Banque.

En février 2009, avec le soutien de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), le gouvernement d’union avait demandé à la BAD de jouer un rôle moteur en aidant le Zimbabwe à renouer avec la communauté internationale. Première institution multilatérale de développement en Afrique, la BAD est bien placée pour relever ce défi. Elle mettra ainsi à la disposition du pays l’expertise et les services consultatifs nécessaires à son redressement économique et au développement durable.

Depuis mars 2009, la BAD maintient une équipe de son personnel à Harare, dans le contexte d’une mission prolongée. Elle vise ainsi à faciliter le dialogue avec le gouvernement d’union et la communauté internationale. Ceci a permis à la BAD d’exercer son leadership dans le processus du réengagement en coopérant avec le gouvernement et les partenaires au développement, ainsi qu’avec la société civile et le secteur privé. Outre la coordination de réunions importantes dans le cadre du rôle de leader reconnu à la BAD dans le processus du réengagement, la mission prolongée coordonne également l’appui de l’institution au renforcement des capacités, sur les ressources de la Facilité en faveur des Etats fragiles ainsi que d'autres activités sur la Facilité africaine de l'eau.