Soutien de la BAD aux femmes entrepreneures africaines : trouver les moyens d’une meilleure coopération avec des femmes chefs d’entreprises du monde entier

Share |

De: 19/10/2010
A: 23/10/2010
Lieu: Florence, Italie

Les femmes entrepreneures sont un des vecteurs importants d’une croissance durable en Afrique. En tant que premier partenaire du développement sur le continent, la Banque africaine de développement (BAD) les soutient activement.

Dans le cadre de l’Initiative Femmes africaines chefs d’entreprises (FACE), la Banque co-sponsorise le 58ème Congrès de l’association FCEM (Femmes Chefs d’Entreprise Mondiales) pour renforcer les partenariats entre les femmes d’affaires africaines et du monde entier.

Pour la sixième année consécutive, la BAD noue un partenariat avec FCEM et soutient son 58ème Congrès, à Florence, qui commence aujourd’hui jusqu’au 23 octobre. FCEM regroupe un million de femmes membres originaires de 60 pays différents. Parmi les 300 femmes d’affaires du monde entier présentes, 50 sont africaines et issues d’une vingtaine de pays. Des membres du gouvernement italien, des bailleurs de fonds, des institutions financières, ainsi que des experts économiques renommés sont attendus au Congrès. Les débats vont s’animer autour de la Nouvelle Economie et la Nouvelle Ecologie.

  • Ces discussions ont trois objectifs :
  • Promouvoir les canaux existants de partenariat entre les femmes ;
  • Favoriser le réseautage entre les entreprises et mettre en évidence les défis à relever dans le nouvel environnement économique et écologique.

La réussite des femmes entrepreneures permet ce rassemblement pour échanger et développer de nouveaux liens entre elles. La BAD est très engagée pour l’intégration de l’égalité des genres et pour l’autonomisation des femmes dans ses politiques de développement.

Pour M. Donald Kaberuka, Président du Groupe de la Banque africaine de développement, « la participation des femmes entrepreneures dans les économies africaines est cruciale. Elles travaillent pour le futur de l’Afrique ». Leila Mokadem, Chef de la Division des institutions financières aux Opérations du secteur privé de la Banque, souligne le fait que les femmes d’affaires représentent un marché émergent et une opportunité économique. « Une grande partie de la croissance des revenus dans le monde après la crise économique proviendra des femmes.

Elles ont tendance à épargner plus que les hommes et à consacrer davantage leurs ressources aux dépenses d’éducation, de santé et de bien-être de leur famille. Elles ont besoin d’un meilleur accès au crédit et de renforcer leur réseau pour accroître leur marché. »

Ce forum de haut niveau est une opportunité de faire mieux connaître l’Initiative femmes africaines chefs d’entreprises, de discuter les possibilités d’une meilleure coopération entre les femmes d’affaires africaines et du monde entier, d’explorer les alliances possibles entre elles et des systèmes financiers inclusifs innovants.

A une époque où la plupart des marchés semblent saturés, le continent africain a encore beaucoup d’atouts à exploiter. Ce forum donne la possibilité aux femmes d’affaires du monde entier de nouer des nouveaux types de partenariats.