La BAD appuie les télécommunications mobiles au Nigeria : Un prêt de 30 millions de dollars pour le projet d’infrastructures CIT Helios

07/09/2009
Share |

Tunis, le 2 septembre 2009 - Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement a approuvé un prêt de  30 millions de dollars pour financer  le projet Hélios d’infrastructures de télécommunication mutualisées au Nigéria.

Le projet consiste en l'extension à l'échelle nationale, d'un réseau des infrastructures mutualisées de télécommunication. La disposition par Hélios Towers Nigeria (HTN) d’installations mutualisées permet aux opérateurs de télécommunication sans fil de déployer leur réseau pour une couverture géographique plus étendue, tout en réduisant en même temps leurs dépenses d’équipement et d’exploitation.

Le projet est conforme aux priorités définies dans le Document de stratégie du pays de Nigeria (DSP), à savoir son deuxième pilier vise à stimuler la croissance non pétrolière grâce au développement amélioré de l’infrastructure et de l’agriculture / rurale. En particulier, en élargissant le réseau mutualisé de télécommunications au Nigeria, le projet contribuera à améliorer le climat des affaires et stimuler la croissance non pétrolière et la création d'emplois, à travers le développement du secteur privé.

Ce projet est également conforme à la stratégie TIC de la Banque pendant la période 2008-2010, qui définit les infrastructures régionales et nationales, comme le premier domaine d'intervention. Le document de stratégie TIC met en évidence la nécessité d'investissements à travers la chaîne d'approvisionnement, notamment: la connectivité internationale au reste du monde, des liaisons régionales terrestres qui relient les pays, les dorsales nationales qui étendent l'accès au-delà des grandes villes, et la connectivité du dernier-mile aux régions rurales et à communautés imméritées. Le projet est conforme également à la stratégie à moyen terme de la Banque 2008-2012, qui insiste sur la nécessité d'un accent sectoriel plus fort sur les infrastructures et le développement du secteur privé, et pour un engagement plus profond dans les pays à revenu intermédiaire. Il souligne également la nécessité pour la Banque de continuer à renforcer ses partenariats clés avec d'autres IFD.

En construisant des infrastructures TIC, le projet aborde l'un des objectifs clés du secteur privé de la banque, qui est d'améliorer l'environnement des entreprises privées pour prospérer. Le modèle d'affaires soutenue par le projet permet à des opérateurs de télécommunications privés de développer leur propre réseau à moindre coût, améliorant ainsi le service offert aux utilisateurs finaux, à la fois domestiques et commerciaux.

En développant les infrastructures TIC et en améliorant la qualité des communications mobiles, le projet contribuera à réduire le coût de l’activité l’économique au Nigéria, en particulier pour les petites entreprises basées hors des principaux centres urbains. Il est reconnu que l'utilisation de téléphones mobiles en Afrique a élargi les marchés, a créé une meilleure circulation de l'information, réduit les coûts de transaction, et remplacé les déplacements couteaux. Les habitants des zones reculées, où d'autres formes de communication (tels que les systèmes postaux, les routes et les téléphones fixes) sont souvent disposés à consacrer une part relativement importante de leurs revenues aux télécommunications, car ce faisant, ils devraient économiser dans d'autres domaines. Les tours de HTN sont également disponibles sur demande pour d'autres entreprises, telles que les sociétés pétrolières et les sociétés de télédiffusion/radiodiffusions, pour l’installation de leurs équipements de transmission.

Le projet répond à une forte demande émanant  les opérateurs de télécommunications du Nigeria qui souhaitent sous-traiter la construction et la gestion, permettant de concentrer leurs ressources sur l'extension de la couverture et amélioration de la qualité de leurs services. Le tour de partage minimise également l'effet environnemental négatif d'une prolifération excessive des infrastructures de télécommunications inesthétiques dans le pays. Enfin, la réussite du projet aura un effet de démonstration à l'échelle nationale et dans les pays voisins, en encourageant les autres opérateurs de télécommunications à adopter des modèles similaires et pour réaliser des économies d'échelle.