La BAD appuie la Sierra Leone dans sa transition vers une croissance plus verte

01/07/2013
Share |

La Sierra Leone a accompli d’impressionnants progrès socio-économiques au cours de la dernière décennie, qui a suivi la fin de la guerre civile, parvenant à mettre en place des institutions démocratiques, tant au niveau central que local. Tandis qu’approche la fin de la mise en œuvre de sa Stratégie de développement “Agenda pour le changement”pour la période 2007-2012, la Sierra Leone a entamé, au printemps 2012, la préparation d’une nouvelle stratégie pour 2013-2017, nommée “Agenda pour la prospérité” (A4P, en anglais). Conscientes de la richesse du pays en ressources naturelles, renouvelables (terres fertiles, ressources hydriques, halieutiques et forestières) comme périssables (mines, et potentiellement pétrole et gaz), et de la nécessité d’une gestion responsable et durable de ce capital, les autorités publiques ont sollicité l’assistance de la Banque africaine de développement (BAD) pour intégrer la croissance verte à leur Agenda pour la prospérité.

La Stratégie de la BAD pour 2013-2022 consacre la croissance inclusive et la transition vers la croissance verte comme les principaux objectifs à long terme de l’institution. C’est dans le cadre de la nécessaire amélioration de la qualité et de la solidité de la croissance du continent africain face aux défis des changements mondiaux, qu’une équipe de la Banque a étroitement travaillé avec les autorités sierra-léonaises à l’intégration de la croissance verte dans le processus de planification nationale du développement. Le résultat principal de cette collaboration, outre l’A4P, est un rapport intitulé Transition vers une croissance verte : état des lieux et perspectives d'avenir. Celui-ci comprend tout à la fois une analyse des défis et opportunités majeurs de la croissance verte en Sierra Leone, et des recommandations pour intégrer l’approche d’une croissance verte dans l’A4P et la mettre en œuvre dans les années à venir.

La Sierra Leone a défini sa propre vision de la croissance verte, basée sur trois thèmes primordiaux : la gestion durable et responsable des ressources naturelles ; le développement durable des villes et infrastructures ; et le renforcement de la résilience. Ces thèmes ont été intégrés à l’A4P, qui servira d’axe directeur pour définir l’appui stratégique des principaux partenaires au développement, d’ores et déjà convaincus, et prêts à contribuer à la mise en œuvre de cette approche de la croissance verte.

Allant encore plus loin, la Banque a, de son côté, intégré la croissance verte dans son document de Stratégie pays 2013-2017, en tenant compte des priorités du gouvernement et ce, dans le but d’accompagner la Sierra Leone dans son évolution progressive vers une économie à revenu intermédiaire, verte et inclusive.

La promotion de l’engagement des parties prenantes a été un élément clé de l’appui que la Banque a offert à la croissance verte en Sierra Leone. Ainsi, une stratégie de communication ciblée a été minutieusement conçue pour aider à expliquer la croissance verte en termes concrets, adaptés aux différents publics, tant à l’intérieur qu’en dehors du pays.   

Le ministre de l’Énergie, Oluniyi Robbin-Coker, a souligné, lors des Assemblées annuelles 2013 de la Banque à Marrakech, que « l’engagement de la Sierra Leone pour la croissance verte permettra d’assurer une croissance de grande qualité, qui bénéficiera à tous les Sierra léonais ». La croissance verte confortera la renommée du pays à l’international, et rendra son économie plus résiliente et compétitive, offrant ainsi de nouvelles opportunités d’emplois tout en attirant des financements supplémentaires pour le développement, y compris du secteur privé.  

La Banque a également répondu à la demande du Mozambique et du Kenya, pour travailler à la rédaction de leur feuille de route pour une économie verte.