La Banque soutient le franchisage en Egypte

28/05/2009
Share |

40 million de  $ EU pour le financement du programme d’appui au secteur du franchisage

Tunis, le 28 mai 2009 - Mandla Gantsho, vice-président chargé de l’infrastructure, le secteur privé et l’intégration régionale à la Banque africaine de développement (BAD) et S.E. Ahmed Ismail, ambassadeur de la République arabe de l’Egypte en Tunisie, ont signé aujourd’hui, un accord de prêt de 40 millions de dollars américains pour financer le programme d’appui au secteur du franchisage.

Le Programme d’appui au secteur du franchisage (FSSP) vise à promouvoir le franchisage en Égypte comme une stratégie commerciale efficace pour le développement du secteur privé et la croissance des petites et moyennes entreprises (PME). Le FSSP proposé encouragera la création et le développement des concepts de franchisage, contribuant au développement de l’entreprenariat local, à la croissance économique et à la création d’emplois. L’objectif du FSSP à moyen terme sera de créer de solides instruments financiers locaux et des structures de collaboration propres à pallier les insuffisances actuelles du marché du franchisage. Le Fonds social pour le développement (SFD), en sa qualité de coordinateur et de porte-étendard du développement des petites entreprises en Égypte, est donc le partenaire idéal pour la réalisation de ces objectifs.

Le projet prévoit deux composantes intimement liées : 1) le financement de la dette à travers l’octroi au Gouvernement de l’Egypte, d’un prêt privilégié d’un montant de 40 millions de $ EU, dont les ressources seraient canalisées par le SFD, puis rétrocédées aux franchisés par le truchement des institutions financières locales ; 2) le renforcement des capacités des parties prenantes locales (SFD, Association égyptienne du développement du franchisage (EFDA), les institutions financières, consultants, juristes, système judiciaire), avec un appui particulier à l’unité chargée du franchisage au sein du SFD ainsi que le soutien ultérieur aux franchiseurs, l’objectif étant de créer et de mettre efficacement en œuvre sur le marché égyptien des concepts rationnels de franchisage locaux et étrangers. Les franchiseurs seront choisis sur la base de différents critères d’éligibilité : moyens financiers et respect de pratiques saines en matière de franchisage.

Le vice-président Gantsho a déclaré que « L’Égypte est un pays membre important de la BAD, qui bénéficie activement de l’appui fourni par la Banque à travers différentes interventions. » Il a ajouté que « le projet permettra de libérer le potentiel de croissance du secteur de la franchise en Égypte, entraînant ainsi son expansion rapide et la création d’un plus grand nombre d’emplois. Le projet contribuera aussi à améliorer les niveaux des processus opérationnels, des services et des produits en Égypte, et partant les normes de qualité et la productivité. »

S.E. M. l’Ambassadeur Ismail a mis l’accent sur l’importance de l’investissement de la BAD dans le secteur des PME en Égypte grâce à la franchise, et sur la relation de longue date qui lie l’Égypte et la Banque. Il a déclaré que « l’accord conclu traduit l’intérêt qu’on accorde à cette collaboration, en ajoutant que le programme de franchise permettra de renforcer les capacités du secteur des PME en Égypte. » Enfin, S.E. M. l’Ambassadeur a formulé le vœu que ce programme d’appui à la franchise serve de prototype que d’autres pays pourront suivre.

D’une manière générale, le présent projet recèle un important impact en termes de développement et bénéficie d’une grande visibilité. On s’attend à ce que le projet crée 375 points de vente de franchisage, plus de 7 000 emplois directs, développe le marché du franchisage, accroisse le nombre des PME du secteur formel, ait un impact important en termes de transfert de technologie en faveur des PME – favorise l’amélioration de la productivité, et stimule les possibilités d’exportation, améliorant ainsi les recettes fiscales de l’État.

La Banque œuvre à la promotion du franchisage lorsque les conditions s’y prêtent en tant que modèle de développement efficace des PME en Afrique, compte tenue de la capacité de résistance élevée et du faible risque et le niveau élevé de techniques mises en œuvre. Le projet permettra de combler un déficit sur le marché des services financiers en apportant le financement à long terme que les institutions commerciales ne fournissent pas à des conditions attrayantes. L’intervention de la Banque dans ce projet est vitale, compte tenu de son expertise dans le domaine de la franchise. Elle crée un cadre propice à l’appui et à la promotion du franchisage par SFD et les partenaires des banques commerciales en Egypte.


Sections Connexes

Contact