La BAD contribue à l’élaboration du programme continental du Forum économique mondial pour l’Afrique

Share |

De: 04/05/2010
A: 07/05/2010
Lieu: Dar es Salaam, Tanzanie

WEF: Les pays africains ayant un accès aux marchés de capitaux devraient les exploiter pour le développement de l'infrastructure, dit Donald Kaberuka

Le WEF (Forum économique mondial) sur l’Afrique  a achevé ses travaux, vendredi 7 mai 2010 à Dar es-Salaam, Tanzanie, après trois jours de discussions consacrées à la  manière dont  les dirigeants et décideurs doivent faire face aux défis posés par la crise économique, et  la façon d’utiliser la crise comme une opportunité de repenser une feuille de route pour le devenir durable de l'Afrique. 



Contexte

Tunis, le 30 avril 2010 – La Banque africaine de développement (BAD) se joindra aux dirigeants africains et du monde pour définir un programme de développement et de croissance pour le continent, au cours du 20e Forum économique mondial (FEM) pour l'Afrique, prévu du 4 au 7 mai 2010 à Dar es-Salaam, en Tanzanie.

Conformément à un accord de partenariat signé avec le FEM en mars 2010, le président de la BAD, Donald Kaberuka, conduira une délégation de la haute direction de l’institution au Forum, qui aura pour thème « Repenser la stratégie de croissance de l'Afrique ».

La participation du Groupe de la Banque se concentrera sur deux domaines clés : la production, la gestion et la diffusion du savoir et le secteur privé comme moteur stratégique de la croissance économique en Afrique.

Compte tenu de la récente crise économique mondiale et de la réévaluation actuellement en cours de la coopération mondiale, de l'architecture financière, des politiques commerciales et du changement climatique, le Forum tirera la sonnette d’alarme pour accélérer la mise en œuvre des réformes. Les participants examineront la façon dont les dirigeants envisagent de relever les défis posés par la crise, la manière dont celle-ci peut être utilisée comme une opportunité pour repenser une feuille de route viable pour l'avenir de l'Afrique dans la nouvelle économie mondiale.

La réunion s'inscrit dans la tradition de réunir les dirigeants africains et du monde pour élaborer un projet d’avenir économique et social pour le continent. À cet égard, l’Initiative Global Redesign (Global Redesign Initiative, GRI) jouera un rôle de premier plan dans les discussions. En outre, le Sommet des jeunes dirigeants mondiaux du Forum se tiendra simultanément à Dar es-Salaam, et intégrera à la réunion plus de 200 des plus grands jeunes leaders du monde.

Les participants étudieront également comment les nations africaines gèrent leurs relations avec les principaux partenaires économiques, en mettant un accent de plus en plus important sur la coopération sud-sud. Alors que l'Afrique rejoint l'Inde et la Chine pour franchir le cap du milliard d’habitants, la jeunesse de sa population, ses ressources naturelles et les potentialités de son marché sont des vecteurs forts pour construire la  croissance et le développement .

En outre, les participants examineront les blocages qui empêchent d'exploiter ce potentiel pour assurer le progrès économique et social du continent. Les questions clés comprennent l'accès à l'éducation, aux soins de santé et aux  capitaux à prix abordable.  De nouveaux modèles de gouvernance et une approche unifiée pour assurer la paix et la sécurité dans les zones de troubles seront également au menu des discussions. Les délibérations permettront d'assurer un climat plus propice aux affaires et des réformes réglementaires pour encourager les investissements domestiques et internationaux. Par ailleurs, les participants analyseront comment des plans de développement durable, à faible consommation de carbone, peuvent être élaborés pour les moteurs de l’économie africaine, notamment ses ressources naturelles, son agriculture et son tourisme.

Le partenariat stratégique BAD-FEM confère à la Banque le statut de partenaire régional pour l'Afrique et sert de plateforme unique pour élaborer le programme mondial sur l'Afrique, et échanger points de vue, informations, savoir et expertise sur un large éventail de questions de développement.

En tant que première institution de financement du développement de l’Afrique, la BAD partagera ses perspectives sur sa réponse énergique à la crise financière, qui a mis en œuvre des engagements de ressources accélérés, de nouveaux instruments pour faciliter le commerce, et des restructurations de portefeuille.

Le Comité consultatif des gouverneurs (CCG) de la Banque, qui a recommandé, le 23 avril à Washington D.C., une augmentation générale de capital de 200% pour l'institution, a cité l'efficacité et l’opportunité de ces interventions comme l’une de ses éminentes qualités.

Le Comité a également salué l'accent unique mis par la Banque sur les domaines stratégiques tels que les infrastructures, le secteur privé, l'intégration régionale, la gouvernance et la gestion du savoir dans ses interventions dans les pays membres régionaux.

La délégation de la BAD au Forum comprendra le vice-président et Chief Operating Officer, Nkosana Moyo, et le vice-président en charge des politiques, Aloysius Ordu.